A l'origine de #balancetonporc, Sandra Muller poursuivie pour diffamation par l'homme qu'elle accusait sur Twitter

JUSTICE - La créatrice du hashtag #balancetonporc, sur Twitter, Sandra Muller, est poursuivie en diffamation par l'homme qu'elle accusait en octobre dernier, Eric Brion, ancien patron de la chaîne Equidia. Après s'être excusé pour "des propos déplacés envers Sandra Muller, lors d'un cocktail arrosé", il porte plainte et réclame 50.000 euros de dommages et intérêts.

Dans la foulée du scandale Weinstein, une journaliste française, Sandra Muller avait lancé le 13 octobre sur Twitter le hashtag #balancetonporc, qui devenu viral, a inondé les réseaux sociaux avec de très nombreux témoignages d'agressions subies par des femmes de tous milieux. Dans son tweet, elle accusait Eric Brion, ancien patron de la chaîne Equidia, d'avoir eu des propos déplacés à son égard. 


En décembre dernier, l'homme s'était excusé dans les colonnes du journal Le Monde, mais demandait le "droit à la vérité et à la nuance". L'histoire aurait pu en rester là mais il a décidé de porter plainte pour diffamation contre Sandra Muller, comme l'indiquent ces tweets. 

Eric Brion "réclame 50.000 euros de dommages et intérêts [à Sandra Muller], ainsi que 10.000 euros de frais d'avocat", peut-on lire dans ces messages. 

"Je vais te faire jouir toute la nuit..."

Dans cette affaire, tout semble être parti d'un tweet de Sandra Muller, dans lequel elle relatait des propos qu'aurait tenu Eric Brion. 

Cité nommément, l'homme n'avait pas réagi de suite. Mais le 30 décembre dernier, dans un tribune du Monde, Eric Brion s'était excusé auprès de Sandra Muller, après avoir eu un comportement déplacé envers la jeune femme. "J’ai effectivement tenu des propos déplacés envers Sandra Muller [la journaliste à l’origine du hashtag #balancetonporc], lors d’un cocktail arrosé très tard dans une soirée, mais à une seule reprise. Elle me plaisait. Je le lui ai dit, lourdement. Et une seule fois, je tiens à le préciser. Je ne veux certainement pas me disculper de ma goujaterie d’alors. Je lui réitère ici mes excuses", écrivait alors l'ancien patron d'une chaîne de télévision. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter