Scandale du Centre du don des corps à Paris : information judiciaire ouverte pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"

Scandale du Centre du don des corps à Paris : information judiciaire ouverte pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
Justice

JUSTICE - L'enquête préliminaire visant les conditions de conservation de dépouilles au Centre du don des corps (CDC), un centre spécialisé de l'Université Paris-Descartes, est confiée ce jeudi à des juges d'instruction.

L'enquête visant les conditions de conservation de dépouilles au Centre du don des corps (CDC), un centre spécialisé de l'Université Paris-Descartes, est désormais entre les mains de juges d'instruction, selon le parquet de Paris. Fermé depuis l'automne dernier, il est au cœur d'un scandale sur les conditions indécentes de conservation des dépouilles. Une information judiciaire a ainsi été ouverte mercredi pour "atteinte à l'intégrité du cadavre".

Le pôle Santé publique du parquet de Paris menait depuis fin novembre une enquête préliminaire, après la parution d'un article de L'Express qui dénonçait les "conditions indécentes" de conservation de dépouilles de "milliers de personnes ayant fait don de leur corps à la science".

Lire aussi

80 plaintes déjà déposées à ce jour

Le fait que l'enquête passe entre les mains de juges d’instruction est "une très bonne nouvelle", assure Maitre Frédéric Douchez, avocat de plusieurs dizaines de familles ayant porté plainte dans cette affaire, soulignant que les juges d'instruction avaient des "pouvoirs d'investigation beaucoup plus larges" que ceux dévolus au parquet en enquête préliminaire. 

Les révélations de L'Express le 27 novembre 2019 avaient conduit la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, à ordonner la fermeture du "temple de l'anatomie française" et à mandater l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l'Inspection générale de l'éducation du sport et de la recherche (Igésr) pour mener une inspection administrative. Dans ses conclusions publiées le 13 juin, cette inspection a estimé que l'Université Paris-Descartes était responsable de "graves manquements éthiques" dans la gestion du CDC, qui ont perduré pendant plusieurs années.

Les familles n'abandonnent pas le combat, elles se sont réunies sous l'association "Charnier Descartes Justice et Dignité pour les donneurs" (CDJD). Elles espèrent que les investigations permettront de déterminer qui, au sein de la prestigieuse université Paris-Descartes, savait dans quelles conditions étaient conservés ces corps. Près de 80 plaintes ont déjà été déposées à ce jour.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent