"Si vous refusez le devoir conjugal..." : un juge de Nanterre épinglé pour des propos sexistes

"Si vous refusez le devoir conjugal..." : un juge de Nanterre épinglé pour des propos sexistes

VICTIME BLAMING - Un juge de Nanterre pourrait être sanctionné après avoir tenu des propos sexistes à l'encontre d'une victime de violences conjugales. Il lui aurait en effet reproché de ne pas avoir honoré "son devoir conjugal".

L'audience s'est tenue le 31 mai dernier au tribunal correctionnel de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Une affaire de violences conjugales comme il en défile tous les jours en comparution immédiate. Mais cette fois-ci, au-delà de la violence misogyne constatée au sein du couple, ce sont les propos du juge qui, principalement, retiennent l'attention.

La scène est d'abord rapportée par nos confrères de France Bleu Paris puis confirmée par l'avocate de la victime à LCI. Sur le banc des prévenus figure un homme de 48 ans, jugé pour "menace de mort réitérée par conjoint". Selon Migueline Rosset, spécialisée en droit de la famille, "l'audition des enregistrements" reproduite par les policiers laissait entendre des menaces telles que : "Tu vas finir entre quatre planches, je vais t'asperger d'essence et tu vas mourir brûlée vive."

Lire aussi

Possibles sanctions disciplinaires

Confronté à ses propres mots, pas question pour le prévenu de nier les faits. Mais lorsque le juge lui a demandé de s'expliquer, le mari violent n'a pu s'empêcher d'y voir une occasion de justifier ses menaces. Il "a répondu, vous savez ma femme, elle faisait chambre à part. Le magistrat s'est alors tourné vers ma cliente en lui disant 'oh si vous refusez le devoir conjugal... Trois fois il a répété ce terme de devoir conjugal' rapporte encore l'avocate, consternée. "Je lui ai dit monsieur le juge, ça n'existe pas le devoir conjugal. C'est quoi cette notion ? Que la femme devrait se plier aux 31 désirs de son mari ? Oui, c'est un dérapage." Et de poursuivre : "Dans les cas de violences conjugales, le violent, l'agresseur dit toujours, 'c'est de ta faute', et là on redit à ma cliente 'c'est de votre faute, madame', et c'est un juge, un président d'audience qui le lui dit". 

Contacté, le tribunal de Nanterre a indiqué à LCI que le magistrat a bien été reçu par la présidence du tribunal jeudi dernier . Une assemblée générale se tiendra en juin. Celle ci pourrait décider d'éventuelles sanctions à l'égard du juge concerné.  

En vidéo

"Paye ta blouse" : un tumblr pour lutter contre le sexisme en milieu hospitalier

Le mari violent, quant à lui, a écopé de six mois de prison avec sursis, assortis d'une interdiction d'entrer en contact avec sa compagne, et de dix-huit mois de mise à l'épreuve.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron se dit "tout à fait favorable" à la levée des brevets sur les vaccins

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

EN DIRECT - Procès de Lelandais : "Quand il est énervé, il peut faire peur", raconte Anouchka, une de ses ex-compagnes

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.