Soupçons d'espionnage pour la Corée du Nord : le haut fonctionnaire du Sénat mis en examen

Justice
DirectLCI
ESPIONNAGE - Benoît Quennedey a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l'enquête portant sur des soupçons d'intelligence avec une puissance étrangère, en l'occurrence la Corée du Nord, a appris LCI, confirmant une information de l'AFP, ce jeudi 29 novembre.

Benoît Quennedey, haut-fonctionnaire au Sénat soupçonné d'intelligence avec l'ennemi, a été mis en examen jeudi 29 novembre, a appris LCI, confirmant une information de l'AFP. Il a été inculpé des chefs de trahison par livraison d'informations à une puissance étrangère, recueil en vue de livraison d'informations à une puissance étrangère, intelligence avec une puissance étrangère et a été placé sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Il a interdiction de quitter le territoire et interdiction d'exercer sa profession.

Cette décision vient conclure quatre jours particulièrement intenses dans cette enquête, puisque Benoît Quennedey avait été arrêté le dimanche 25 novembre à son domicile. Le lendemain, l'émission de TMC Quotidien révélait l'affaire, révélant au public la personnalité d'un homme fasciné par la Corée du Nord, spécialiste du régime autoritaire, et bien décidé à porter une parole contre-balançant sa réputation bien peu flatteuse à l'international. 


Le lendemain des révélations de l'émission présentée par Yann Barthès, le Sénat suspendait de ses fonctions l'administrateur principal de la direction de l'architecture du patrimoine et des jardins au Sénat, alors en garde à vue. Quelles informations ce militant du Parti radical de gauche est-il soupçonné d'avoir transmis au régime de Kim Jong-Un ? Dans quelles circonstances ? Les réponses à ces questions demeurent mystérieuses. Benoît Quennedey, de son côté, risque jusqu'à 30 ans de prison.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter