Soupçons de favoritisme : le coût de Paris Plages a-t-il été minimisé volontairement ?

Soupçons de favoritisme : le coût de Paris Plages a-t-il été minimisé volontairement ?
Justice

ENQUETE - La Mairie de Paris a-t-elle minimisé le coût de Paris Plages en 2012 et 2013 en confiant le règlement des factures de l’événement à des prestataires privés ? Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "favoritisme". Ce mercredi, des perquisitions ont été menées à l'Hôtel de Ville.

La justice s’intéresse aux les factures de Paris Plages. Des perquisitions ont été menées ce mercredi à l’Hôtel de ville dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris en décembre 2016. Celle-ci devra établir si la Mairie de Paris a volontairement minimisé le coût de l’opération en faisant régler des factures par des partenaires privés, avant de les rembourser par la suite. Les faits remontent à l’époque où Bertrand Delanoë était maire (PS) de la capitale, lors des éditions 2012 et 2013.

En septembre 2015, dans un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC), les magistrats avaient constaté "qu'une partie des factures liées aux dépenses techniques de Paris Plages – structures, décors, aménagements – avait été réglée en 2012 et en 2013 par des partenaires privés contribuant au financement de l'évènement".

Un coût deux fois supérieur aux chiffres rendus publics

La Mairie de Paris revendiquait devant les élus parisiens des coûts compris entre 1,5 million et 2,2 millions d’euros pour l’opération Paris Plages. Cependant, l’estimation fournie par la municipalité lors de l’enquête menée par la Chambre était "plus de deux fois supérieure aux chiffres communiqués aux membres du conseil de Paris et à la presse", précise la CRC. D'où des soupçons de favoritisme et recel.

Dans un communiqué publié ce jeudi, la Mairie de Paris indique que "l’information judiciaire ouverte permettra de préciser si ce mécanisme utilisé sous la précédente mandature était régulier". Le texte rappelle que "la réalité des prestations effectuées" n’a été "nullement remise en cause" par la CRC. Depuis ce rapport, "les factures directement imputables à l’organisation de Paris Plages, sont désormais intégralement réglées par la collectivité", précise le service de communication d’Anne Hidalgo.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent