Sujets de maths du bac 2019 : la fuite venait d'un des meilleurs lycées d'Île-de-France

Justice

FRAUDE AU BAC - Un couple de trentenaires ainsi que deux candidats au baccalauréat, interpellés dans l'enquête sur des soupçons de fraude lors des épreuves de mathématiques, ont été mis en examen vendredi.

Deux candidats au baccalauréat et un couple de trentenaires, interpellés dans l'enquête sur des soupçons de fraude concernant des épreuves de mathématiques, ont été mis vendredi en examen et placés sous contrôle judiciaire, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Les deux candidats ont été mis en examen pour "fraude aux examens et recel d'abus de confiance". Concernant le couple, l'homme, un surveillant dans un établissement privé sous contrat, a été mis en examen pour "abus de confiance et complicité de fraude aux examens". Sa compagne l'a, pour sa part, été pour "complicité de fraude aux examens et recel d'abus de confiance".

Une information judiciaire avait été ouverte vendredi par le parquet, des chefs de "fraude dans un examen", "abus de confiance" et "recel" de ce délit. Au total, 21 personnes avaient été placées en garde à vue dans cette affaire et 17 d'entre elles ont été remises en liberté.

Voir aussi

Un surveillant du lycée Ozar-Hatorah de Créteil

F.  né en 1982 tout comme sa compagne, serait un surveillant du lycée Ozar-Hatorah de Créteil (Val-de-Marne). Selon Le Parisien, il aurait  "reconnu avoir confié l'intitulé d'un sujet de géographie à un élève"." Quelques jours plus tard, il a photographié l'épreuve de mathématique avant de la transmettre à un ou deux élèves du lycée Ozar-Hatorah. Le cliché, largement diffusé ensuite, avait été pris au sein du lycée Ozar-Hatorah – qui accueillait des épreuves du bac – où les sujets étaient censés être gardés dans un coffre jusqu'au jour J, précisent nos confrères.

On ignorait ce samedi comment F. avait pu accéder aux sujets. A-t il pu ouvrir le coffre ou les sujets avaient-ils été déplacés en amont? On l'ignorerait encore ce samedi. Concernant le mobile, selon le quotidien, "F. a en effet nié toute velléité commerciale. Il a juste admis avoir reçu un peu d'argent en guise de remerciements".

"Mon client a été pris en tenaille entre la situation d’un établissement privé qui a besoin de résultats, et des élèves avec qui il cultive une proximité au quotidien et qu’il peut contacter facilement ", a indiqué Me Samuel Habib, avocat du suspect. 

Soupçonnés d'avoir acheté les sujets

Les deux candidats mis en examen sont pour leur part soupçonnés d'avoir acheté les sujets.

Des fuites concernant les épreuves de mathématiques des séries générales avaient été relayées "par messagerie privée Whatsapp ou par SMS", avait indiqué le 21 juin le ministère de l'Education nationale, qui avait déposé plainte. Une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris dans la foulée et les investigations confiées à la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

   

Après des fraudes concernant l'épreuve de maths du Bac S de 2011, quatre jeunes avaient été condamnés en 2018 à trois et quatre mois de prison avec sursis.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter