Taxi clandestin : le conducteur "escroc" condamné à de la prison ferme après sa course à 247 euros

Justice
DirectLCI
PUNI - Le conducteur qui avait arnaqué des touristes thaïlandais début novembre pour un trajet entre Roissy et Paris vient d’être condamné à huit mois de prison ferme. La vidéo de la scène avait fait le tour des réseaux sociaux.

Il avait voulu leur faire payer 247 euros pour un simple trajet entre l’aéroport de Roissy et le centre de Paris. Le conducteur d’un faux VTC avait rendez-vous devant le tribunal correctionnel ce jeudi 22 novembre à Paris, notamment pour escroquerie. L’homme, Enock C., qui était jugé en comparution immédiate indique Le Parisien, a écopé d’une peine d’un an de prison dont quatre mois avec sursis, sans mandat de dépôt. 


Lors de son audience, le chauffeur de VTC est interrogé sur sa version des faits : violence, tarif, délits. Apparemment peu au fait de prix pratiqués dans le métier, l’homme d’origine haïtienne avoue qu’il se fie à son application : "Je ne suis pas taxi moi, c’est l’application que j’utilise qui décide", dit-il. 

Mais surtout, sa version des faits sur le déroulé du trajet pose problème. Il explique n’avoir jamais retenu le couple de Thaïlandais, or, sur la vidéo tournée par ces derniers, on entend bien le conducteur dire : "You pay, you go, you no pay, you no go" (Vous payez, vous pouvez partie, vous ne payez pas, vous ne partez pas). Et de préciser : "Je suis un homme. Si j’avais voulu les frapper, je l’aurais fait. Là ce n’était pas le cas", rapporte Le Parisien.

Multiples délits

Si ses avocats entendaient défendre le prix de la course, l’homme a expliqué avoir "déjà vu des trajets à 150 € entre Roissy et Paris". Malheureusement pour lui, il n’avait pas le droit de prendre des clients ce jour-là puisqu’il n’était pas en service.


La  vidéo tournée par les le couple de touristes a permis finalement de le retrouver, et la brigade des Boers (police des taxis) a révélé d’autres délits commis par le chauffeur. Pendant un an, Enock C. aurait en effet utilisé un service de VTC sans inscription, utilisé un faux document administratif et roulé sans carte professionnelle ni assurance. Il était en outre poursuivi pour violence, menace, contrainte et exercice illégale de la profession de taxi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter