Tentative de bloquer le transfert de Jawad Bendaoud à son procès : "Ce n'est pas acceptable" pour la garde des Sceaux

Justice
MISE EN GARDE - Alors que plusieurs syndicats souhaitent bloquer le transfert du "logeur des terroristes" du 13 novembre 2015 pour son procès, Nicole Belloubet, invitée de LCI, les appelle à la responsabilité.

Invitée de 24h Pujadas sur LCI, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a dénoncé la volonté des surveillants pénitenciers de bloquer le transfert du tristement célèbre Jawad Bendaoud - mieux connu sous le surnom de "logeur des terroristes" du 13 novembre 2015 - de la prison de Fresnes vers la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Il est accusé d'avoir fourni un appartement rue Corbillon à Saint-Denis (93) pour permettre à Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de l'automne 2015 dans l'Hexagone, et son complice Chakib Akrouh de trouver refuge en novembre 2015 après les attentats du 13 novembre.


Selon nos informations, les syndicats souhaitent bloquer le transfert de Jawad Bendaoud, comme ils le font avec tous les transferts de prisonniers depuis le début de la grève des surveillants de prison. 

Ce n'est pas seulement le cas de ce détenu mis en cause qui compte, c'est aussi celui des victimes civiles qui seront présentes, il y en a plus de 450, et qui attendent ce procès avec impatienceNicole Belloubet

"Ce n'est pas acceptable", a affirmé d'un ton menaçant la garde des Sceaux. "Je rappelle que les personnels pénitentiaires ont un statut spécial, précisément parce qu'ils sont en charge de la gestion et de la surveillance des détenus, que c'est une mission qui ne peut pas connaître d'interruption comme bien entendu le sujet des extractions de prisonniers qui est crucial donc cette position n'est absolument pas acceptable", rappelle Nicole Belloubet. Elle appelle les syndicats et le personnel pénitencier à penser aux victimes des attentats du 13 novembre. "À ce procès, ce n'est pas seulement le cas de ce détenu mis en cause qui compte, c'est aussi celui des victimes civiles qui seront présentes, il y en a plus de 450, et qui attendent ce procès avec impatience", affirme la ministre de la Justice.

Le procès de Jawad Bendaoud débutera ce mecredi 24 janvier. Trois semaines d'audience pour un événement à la fois attendu et redouté...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jawad Bendaoud, le "logeur de Daech" en procès

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter