VIDÉO - Abdelkader Merah "doit pourrir dans les prisons", estime Latifa Ibn-Ziaten, mère d'une des victimes

JUSTICE – Plusieurs familles des victimes et avocats de la partie civile ont réagi après que l’avocate générale a requis la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Mohamed Merah et 20 ans de réclusion à l’encontre de Fettah Malki. Les proches des victimes espèrent qu’Abdelkader Merah finira sa vie en prison et qu’ils n’entendront plus jamais parler ni de lui, ni de sa famille.

Le verdict ne sera rendu que jeudi mais d’ores et déjà ce lundi soir, les familles des victimes des attentats commis par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban en mars 2012 se sont senties apaisées. Les lourdes peines requises en fin de journée par l’avocate générale Naïma Rudloff à l’encontre des deux accusés leur a fait quelque part du bien. Au 21e jour du procès, l’avocate générale a en effet  demandé à la cour de condamner, après un réquisitoire de plus de trois heures, Abdelkader Merah à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté. 


Elle a par ailleurs réclamé 20 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre du deuxième accusé, Fettah Malki. La représentante du ministère public a en outre demandé à la cour l'inscription des deux condamnations au Fijait (Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes). 

Abdelkader Merah, "un poison vivant"

Latifa Ibn-Ziaten, mère du militaire Imad, 30 ans, assassiné par Mohamed Merah le 11 mars 2012, a indiqué qu’elle pourrait enfin peut-être un peu dormir ce soir. Pour elle, Abdelkader Merah "doit payer" pour ce qu'il a fait, pour sa "complicité" dans les actes terroristes commis par son frère cadet.

 "ll doit pourrir dans les prisons. Je voudrais qu’il soit isolé, seul. Il doit être seul. Il ne  doit pas toucher qui que ce soit. C’est un poison, un poison vivant. Je le vois, je le vois dans les yeux. Je le regarde à chaque fois, il est pas humain. Il est sur une autre planète", a déclaré la mère du soldat devant la presse à l’issue de l’audience. 

"Ne plus jamais entendre parler de cette famille"

Samuel Sandler, qui a perdu son fils Jonathan Sandler, 30 ans, et ses deux petits-fils, Arié et Gabriel, 5 et 3 ans, dans l’attaque terroriste commise en quelques secondes le 19 mars 2012 à l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse par le "tueur au scooter", a salué le travail de Naïma Rudloff.  "Avant aujourd’hui, c’était simplement des suppositions. Aujourd’hui, c’était vraiment une démonstration, une démonstration remarquable de l’avocate générale, et non plus une hypothèse. Abdelkader Merah est bien le commanditaire, c’est clair. J’espère que la cour va suivre les réquisitions de la représentante du ministère public".

Comme Latifa Ibn-Ziaten, Samuel Sandler espère lui aussi qu’Abdelkader Merah passera de nombreuses années en prison. "Ce que je souhaite, c’est que l’on n’entende plus jamais parler de cette famille. Plus jamais, plus jamais, plus jamais. Plus longtemps il sera dans son trou à rats et mieux ça vaudra", a-t-il insisté sans jamais prononcer le nom de l'accusé. 

" Le dossier Merah passé au scanner"

Me Ariel Goldmann, qui représentant l'école Ozar Hatorah a lui aussi souligné l’excellence de la démonstration de la représentante du ministère public.


"Madame l’avocat général a eu une phrase qui résume très bien la situation. Evidemment, elle ne va pas apporter à la cour une carte à jour de membres d’Al-Qaïda d’Abdelkader Merah. Ça n’existe pas, a-t-il déclaré. Dans les domaines de complicité, dans tous les domaines criminels, la complicité, c’est toujours compliqué d’apporter des preuves irréfragables mais elle a apporté une suite de raisonnements, d’enchaînements, de faits incontestables qui concernent Abdelkader Merah, qui concernent ses relations avec son frère Mohamed Merah qui, mis bout à bout, font de la culpabilité d’Abdelkader Merah quelque chose d’indiscutable. J’espère que la cour le condamnera".

Me Elie Korchia, un des avocats de Samuel Sandler, a parlé d’un dossier Merah passé au scanner par Naïma Rudloff. Pour lui, "une tumeur a atteint la République en mars 2012, une tumeur jihadiste criminelle, qui a tué à la fois ces militaires pour le symbole qu’ils représentaient et ces enfants avec leur papa dans une école juive, là aussi pour e symbole de fraternité qu’ils représentaient".


Pour Me Korchia, "rien n’a échappé à l’analyse de l’avocate générale"." Après ces réquisitions extrêmement fortes, la démonstration de la culpabilité à la fois d’Abdelkader Merah et de Fettah Malki est amplement démontrée", a-t-il affirmé.  

"Merah est porteur d'un projet de société (...). Sa cible est la démocratie (...). Son but, répandre l'islam par l'intimidation et la terreur, une idéologie totalitaire maquillée de religiosité", avait affirmé un peu plus tôt  la magistrate dans ses réquisitions. "Le terrorisme a aujourd'hui un nouveau visage et c'est le rôle de la justice d'être capable de le démasquer. Votre décision sera une leçon de démocratie", a-t-elle lancé à l'adresse de la cour.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le procès Merah

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter