Gilbert Collard accusé de viol : "Ma cliente est terrorisée"

DirectLCI
JUSTICE - L'avocat de la plaignante qui accuse de viol le député Gilbert Collard s'est exprimé, vendredi 15 juin au micro de LCI. Il revient sur le circonstances qui ont conduit sa cliente à déposer une plainte.

Le député apparenté Rassemblement national Gilbert Collard fait l'objet d'une enquête pour viol à la suite d'une plainte déposée le 12 juin à Fréjus (Var). Des accusations fermement démenties par l'intéressé. Le parquet de Marseille a confirmé ce jeudi à LCI avoir reçu la veille "une plainte pour des faits de viol à l'encontre de Me Collard" et annoncé l'ouverture d'une enquête. "J'ai saisi le directeur de la police judiciaire pour enquête", a déclaré le procureur de la République Xavier Tarabeux.


"Ma cliente accuse précisément Gilbert Collard de viol à deux reprises, à un an d'intervalle, au sein de son cabinet à Marseille. Un viol qui aurait été commis en 2006 et un second au cours de l'année 2007", a déclaré à LCI Maître Frédéric Casanova, l'avocat de la plaignante, vendredi 15 juin. A la question de savoir pourquoi sa campagne s'était à nouveau rendu, un an après, au cabinet, il répond : "Elle devait récupérer un dossier, elle ne pouvait faire autrement que de retourner voir Gilbert Collard [l'année suivant le premier viol]."

"Il n'y avait pas, dans un premier temps, de volonté de la part de ma cliente de déposer une plainteMaître Frédéric Casanova, l'avocat de la plaignante

Le député d'extrême droite a de son côté assuré qu'il ne connaît pas lui-même l'identité de la plaignante. "Il suffit que quelqu'un dépose une plainte pour qu'immédiatement, sans enquête, sans vérification, sans contradiction, on soit sali", a-t-il déploré, tout en indiquant qu'il allait engager lui-même des poursuites face à ces accusations. "e sont des affirmations sans fondement et nous verrons dans le cadre de l'enquête ce qu'il en est", a répliqué l'avocat de la plaignante. 

"Ma cliente est déjà terrorisée depuis que ce dossier a pris une ampleur médiatique, ce qu'elle ne souhaitait pas. [...] Il n'y avait pas, dans un premier temps, de volonté de la part de ma cliente de déposer une plainte [...] Le dépôt de plainte a été opéré, quelque part, à la sollicitation des services de police, puisqu'elle s'est ouverte auprès des services de police de la difficulté qu'elle avait dans ce dossier. Elle s'est retrouvée au commissariat ce jour-là pour aider un tiers qui était embêté dans une affaire. Une victime. Et, à cette occasion, elle a sympathisé avec une personne des services de police qui lui a indiqué qu'il convenait, selon elle, de déposer plainte."

Depuis cette affaire, beaucoup de femmes osent parler et révéler des faitsMaître Frédéric Casanova, l'avocat de la plaignante

Pourquoi la plaignante a-t-elle laissé passer plusieurs années avant de déposer plainte ? "Je crois qu'on est depuis l'affaire Harvey Weinstein dans une libération de la parole des femmes, a estimé l'avocat de la plaignante. Les femmes qui, pour certaines se disaient que face à une personnalité médiatique reconnue leurs paroles n'avaient que peu d'importance. Depuis cette affaire, beaucoup de femmes osent parler et révéler des faits."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter