VIDÉO - Ouverture du procès de Claude Chossat, le "repenti" de la mafia corse

Justice

MAFIA - Claude Chossat, ancien membre de la mafia corse, est jugé par la cour d'assises d'Aix-en-Provence pour assassinat. L'accusé craint pour sa sécurité et pour celle de son entourage.

Il comparaîtra libre mais sous escorte policière. Claude Chossat est jugé à partir du lundi 28 octobre par la cour assises d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour l'assassinat de Richard Casanova. Une accusation qu'il nie. 

Retour aux faits : en avril 2008, sur le parking d'une concession automobile de Porto-Vecchio (Corse du Sud), Richard Casanova, alias "Charles" ou "le menteur", une figure du banditisme corse, est abattu au fusil d'assaut par un tireur embusqué. La victime est une ancienne figure de la Brise de Mer, un gang corse fondé dans les années 70. Le nom de Francis Mariani, un autre membre supposé du gang, est alors évoqué comme l'auteur de cet assassinat. Francis Mariani ne sera toutefois jamais jugé, il meurt dans l'explosion d'un hangar en janvier 2009. 

Lire aussi

Quelques mois plus tard, Claude Chossat, son chauffeur et homme à tout faire, est arrêté à son retour de Suisse. Il accepte de collaborer avec la justice en donnant de précieuses informations sur le fonctionnement du gang. S'il dit alors reconnaître sa participation à l'opération ayant mené à la mort de Richard Casanova, le tireur serait selon lui son ancien patron. Il devient de fait le premier "repenti" corse mais ne bénéficie pas légalement de ce statut, le programme de protection ne couvrant pas les affaires criminelles. 

Le procès doit se tenir jusqu'au 9 novembre

Depuis sa collaboration avec la justice, Claude Chossat dit craindre pour sa sécurité. "Le retour en prison, pour moi, c'est la mort", avait déclaré l'accusé en 2018 devant la cour d'appel de Bastia où il était notamment jugé pour escroquerie. Ses avocats avaient souhaité le dépaysement du procès, une demande rejetée par le parquet général des Bouches-du-Rhône. 

"Mais des mesures de sécurité nous ont été garanties", a expliqué à nos confrères de l'AFP Me Edouard Martial, l'avocat de Chossat: "Nous aurons chaque jour une escorte pour nous amener et nous raccompagner au restaurant et à notre lieu d'hébergement". "Mon client se sent cerné, mais il fait tout pour vivre normalement et travailler", a insisté l'avocat, en dénonçant dans ce dossier "l'acharnement d'une partie civile qui ne veut rien lâcher, une famille Casanova qui tout à coup devient le chevalier blanc de la lutte contre le crime".

Avec Claude Chossat, accusé d'assassinat en bande organisée et d'association de malfaiteurs, un second accusé sera dans le box lundi à Aix-en-Provence: David Taddei, 45 ans. C'est lui qui aurait fourni tout un lot d'armes à Francis Mariani, dont un fusil M16 de calibre 223. Le procès doit se tenir jusqu'au 9 novembre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter