VIDÉO - Libéré pour raisons médicales, Patrick Balkany quitte la prison de la Santé

VIDÉO - Libéré pour raisons médicales, Patrick Balkany quitte la prison de la Santé

LIBÉRÉ - Patrick Balkany a quitté la prison de la Santé mercredi après que la cour d'appel de Paris a ordonné sa libération, son état de santé étant jugé incompatible avec une détention. Le maire de Levallois-Perret, incarcéré depuis le 13 septembre, devra néanmoins se plier à un contrôle judiciaire.

Patrick Balkany a pu sortir de prison, comme le souhaitait son entourage. Ce mercredi 12 février, la cour d'appel de Paris a décidé que l'état de santé du maire LR de Levallois-Perret, incarcéré depuis le 13 septembre, était incompatible avec une détention. Il a quitté la prison de la Santé dans un véhicule, peu avant 18 heures, saluant les nombreux journalistes présents. 

Lire aussi

La cour d'appel, au vu d'une alarmante expertise médiale, constate que la dégradation de l'état de santé de "Patrick Balkany est difficilement compatible avec la détention". Elle "libère" le maire de Levallois et lui impose un contrôle judiciaire léger, sans caution, dans le dossier de fraude fiscale comme de blanchiment. Patrick Balkany devra néanmoins se présenter tous les 1er et 3e lundis de chaque mois, à la gendarmerie d'Ecos. 

Pour ce qui est du volet blanchiment, la cour a ordonné la libération sous contrôle judiciaire, de Patrick Balkany. Il devra se plier aux mêmes conditions que dans le dossier précédent. Il devra également résider chez lui, au Moulin de Giverny et remettre son passeport au greffe de la cour d’appel de Paris. Des papiers que le greffe possède déjà. Le tout, en attendant la décision de la cour d'appel de Paris qui devrait être rendue, le 22 avril prochain. Les Balkany attendent par ailleurs le 4 mars une décision de cette même cour dans le volet fraude fiscale de ce dossier.

En vidéo

Isabelle Balkany : "Le bonheur ça ne se décrit pas"

J'aurais préféré que mon client pèse encore 100 kg- Me Romain Dieudonné, avocat de Patrick Balkany

Lors de ses réquisitions, le parquet général avait requis contre le couple des peines de prison ferme et dix ans d'inéligibilité, mais avait renoncé à demander l'incarcération immédiate du maire, pour des raisons médicales. Cette urgence est motivée par l'état de santé de l'ancien baron des Hauts-de-Seine, qui souffre d'une pathologie digestive grave et qui a perdu "près de 30 kg en cinq mois" selon sa famille.

Une expertise médicale ordonné par le tribunal et réalisée le 5 février dernier au parloir de la maison d'arrêt parisienne de la Santé relève une "dégradation manifeste de l'état général" de l'élu, qui présente un "état dépressif marqué" : ceci "ne paraît pas compatible avec une détention ordinaire". Très affaibli, Patrick Balkany n'avait assisté qu'au premier jour de son procès en appel pour fraude et était absent toute l'audience d'appel consacrée au blanchiment.

"J'aurais préféré que mon client pèse encore 100 kg, qu'il soit dans le box", avait plaidé ce mercredi son avocat Romain Dieudonné. Il avait appelé la cour à rendre une décision "adaptée" à l'état de santé d'un homme "déjà un genou à terre" et qui "ne se représentera pas aux élections municipales de mars". 

En vidéo

Patrick Balkany libéré : la réaction de Me Dieudonné, son avocat

Le bonheur, ça ne se décrit pas- Isabelle Balkany à LCI

C'est donc un avocat soulagé qui a réagit, ce mercredi 12 février après la décision de la cour d'appel. "Ce n'est pas une faveur mais le résultat de l'expertise médicale que la cour a ordonné et qui faisait état d'une situation médicale inquiétante. Là, l'objectif exclusif, c'est que Patrick Balkany puisse aller se soigner", a réagit l'avocat qui a demandé que les journalistes laissent son client "un peu tranquille". 

Un soulagement également ressenti par Isabelle Balkany, qui, selon nos informations, a immédiatement pris le chemin de la prison de la Santé pour y chercher son mari. "Le bonheur, ça ne se décrit pas", a-t-elle réagi auprès de LCI, assurant que le couple allait désormais rentrer chez lui, "en amoureux", dans sa maison de Giverny.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

EN DIRECT - Covid-19 : le taux de reproduction du virus continue de baisser en France

EN DIRECT - La légende Diego Maradona a été inhumée auprès de ses parents

Lire et commenter