VIDÉO - Samuel Sandler à propos des frères Merah : "Avec un déchet, on tire la chasse d'eau et on n'en parle plus"

RÉACTION - Invité d'Audrey Crespo-Mara, vendredi 3 novembre sur LCI, le père et le grand-père de trois des victimes de Mohamed Merah, est revenu sur le verdict prononcé contre Abdelkader, l'aîné de la fratrie, condamné la veille à 20 ans de prison pour son rôle dans les assassinats terroristes perpétrés par son frère en 2012.

Déçu, forcément déçu. A l'instar de la plupart des parties civiles s'étant exprimé après la condamnation d'Abdelkader Merah à 20 ans de réclusion criminelle pour "association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste" mais pas pour "complicité d'assassinat", Samuel Sandler a évoqué sa tristesse et sa déception devant le verdict. 


Le père de Jonathan Sandler et grand-père d'Arié et Gabriel Sandler, tous les trois abattus par le tueur au scooter lors du massacre de l'école Ozar Hatorah, le 19 mars 2012, a confié qu'il "pensait que la demande de perpétuité serait appliquée", au lendemain du verdict sur LCI.


"Mon enfant, mes petits-enfants, ont eu la perpétuité", a-t-il poursuivi. "La moindre des choses, c'était que le frère ait perpétuité, lui". Est-il en colère contre ce verdict, le trouve-t-il injuste ? Non. "La justice s'est basée sur des règles de droit, sur des preuves matérielles intangibles qui faisaient en partie défaut au dossier. Mais il y avait une conviction, quand même, qu'il était le maître à penser de son frère."

Des monstresSamuel Sandler

Calme comme à son habitude, Samuel Sandler ne prononce pas une seule fois le nom de la famille qui lui a causé tant de pertes. Et se refuse à leur accorder "une once d'humanité". Il fustige la "responsabilité" totale de Zoulikha Arizi, mère d'Abdelkader et Mohamed Merah, dont le témoignage a choqué les familles des victimes : "Elle a menti comme un arracheur de dents. [...] Elle a mis au monde des monstres."


Samuel Sandler indique qu'il préfère savoir Mohamed Merah mort plutôt que de l'imaginer avoir un procès. Et rappelle, au sujet d'Abdelkader Merah, qu'il a fallu "poser deux fois la question quand on lui a demandé s'il avait honte des actes de son frère. [...] Il n'a même pas été capable de se se souvenir correctement du nom d'un des enfants, il a parlé d'Arié Monsonego ! [amalgame entre Arié Sandler et Myriam Monsonego, ndlr]."


Outre l'absence de perpétuité, c'est aussi le fait de voir le nom des Merah remis au goût du jour avec ce procès qui, dit-il, l'a blessé. "Avec un déchet, on tire la chasse d'eau et on n'en parle plus. Que l'on parle des victimes et qu'on ne se souvienne plus de ce nom épouvantable."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le procès Merah

Plus d'articles

Sur le même sujet