VIDÉO - Qui est le général serbe Ratko Mladić, le "boucher des Balkans", condamné à perpétuité pour génocide ?

DirectLCI
JUSTICE - Ratko Mladić a été condamné à la perpétuité ce mercredi par le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye. Ce général serbe était aux commandes des troupes qui ont commis de nombreuses exactions dans les Balkans entre 1992 et 1996, notamment le bombardement de Sarajevo et le massacre de Srebrenica.

Son nom est associé à l'un des pires épisodes de la guerre de Bosnie dans les années 1990 : le massacre de Srebrenica. En juillet 1995, l'armée de la République serbe de Bosnie pénètre dans cette enclave sous protection de l'ONU où plusieurs milliers de Bosniaques musulmans se sont réfugiés. Les soldats serbes se défoulent sur les civils et procèdent à des exécutions de masse, avant d'enterrer les corps dans des fosses communes. Près de 8000 corps sont découverts dans les charniers. A la tête des bourreaux, un homme, le général Ratko Mladić .


Né en 1942 à Božanovići, dans l’actuelle Bosnie-Herzégovine, ce militaire est le fils d’un partisan communiste qui a combattu aux côtés de Tito contre les Oustachis, soutenus par les nazis et les fascistes. Son père est d'ailleurs tué par les Oustachis dans les derniers jours de la guerre.


Mladić débute dans les années 1960 une brillante carrière militaire et adhère au Parti communiste. Il prend les commandes de l'armée de la République serbe de Bosnie (VRS en cyrillique) créée en mai 1992, dans les mois qui suivent les déclarations d'indépendance des différentes entités qui composaient la Yougoslavie. 

Génocidaire pour les occidentaux, héros pour les nationalistes Serbes

Le général Mladić prend part au siège de Sarajevo de mai 1992 à février 1996. Durant les 44 mois de siège, plus de 10.000 civils trouvent la mort, sous les obus ou les balles de sniper. A Srebrenica, le militaire, un fervent nationaliste serbe, procède au "nettoyage ethnique" des populations musulmanes et croates. Sous son autorité, les Serbes commettent de nombreuses exactions contre les civils dans la région.


En 1995, le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie poursuit le général pour génocide, crime de guerre et crime contre l'humanité. Dès lors, il se volatilise et se réfugie en Serbie. Plusieurs millions d'euros sont offerts pour quiconque aidera à la retrouver. Il est finalement arrêté le 26 mai 2011, à Lazarevo puis extradé aux Pays-Bas. Dans les jours qui suivent, plusieurs milliers de militants serbes manifestent pour sa remise en liberté. 


Après des années de procès, il est finalement reconnu coupable de génocide et de crime contre l'humanité à La Haye ce mercredi et condamné à la perpétuité. La justice estime notamment qu'il a personnellement dirigé le bombardement de Sarajevo.

Plus d'articles

Sur le même sujet