Saccage du péage de Narbonne : prison ferme pour 21 des 31 prévenus

Saccage du péage de Narbonne : prison ferme pour 21 des 31 prévenus
Justice

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

GILETS JAUNES - Le tribunal correctionnel de Narbonne a condamné mardi à des peines de prison ferme 21 des 31 prévenus jugés pour le saccage d'un péage et des locaux peloton de gendarmerie en marge d'une manifestation de Gilets jaunes il y a un an. Environ 200 personnes avaient participé à ce pillage.

Des peines de prison ferme. Le tribunal correctionnel de Narbonne a condamné ce mardi 7 janvier à des peines d'emprisonnement 21 des 31 prévenus jugés pour le saccage d'un péage et des locaux d'un peloton de gendarmerie en marge d'une manifestation de Gilets jaunes il y a un an. Dans la nuit du 1er et 2 décembre 2018, lors de l'acte III, quelque 200 personnes s'en étaient prises au péage, où les locaux du peloton autoroutier de gendarmerie et ceux de la société Vinci avaient été incendiés et pillés.

Les 31 prévenus, 28 hommes et 3 femmes, étaient accusés notamment de "violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique", "destruction volontaire de biens", vols ou recels. Au terme de dix jours d'audience en décembre, la procureure Marie-Agnès Joly s'est défendue de vouloir faire "des réquisitions pour l'exemple". Dans son réquisitoire de quatre heures, elle avait dénoncé "des scènes de chaos, de guérilla, d'apocalypse". Au total, la procureure avait demandé 27 peines allant de six mois avec sursis jusqu'à cinq ans ferme, onze mandats de dépôt et le maintien en détention de deux hommes.

Lire aussi

Cinq ans de prison, la peine la plus lourde

Le tribunal de Narbonne a suivi, en partie, les réquisitions de la procureure Marie-Agnès Joly. Ces 21 peines de prison prononcées ont été assorties de deux mandats de dépôt, deux maintiens en détention et d'un mandat d'arrêt. Kevin, 29 ans, a écopé de la peine la plus lourde, soit cinq ans de prison. Désigné par un autre des prévenus comme le conducteur de l'engin ayant servi à projeter un véhicule en feu sur le péage, il a nié les faits reprochés. Le tribunal a par ailleurs prononcé une relaxe.

En vidéo

ARCHIVE - Incendie d'un péage de Narbonne : un an de prison ferme pour les quatre Gilets jaunes

"Bêtise", "effet de foule", alcool... À la barre, les exposés des prévenus pour expliquer leur présence ou participation ont été laborieux. Des vidéos diffusées durant le procès ont montré les manifestants céder, dans une ambiance de liesse, à la tentation du chaos, paradant avec des tenues de gendarmes volées, bombardant les forces de l'ordre de cailloux, et les locaux et véhicules de projectiles incendiaires. Au cours du procès, peu des prévenus - tous âgés d'une vingtaine ou trentaine d'années, pour la plupart au chômage ou en situation de précarité - se sont revendiqués Gilets jaunes ou militants.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent