Violences contre la police : Serge Aurier condamné à deux mois de prison ferme, le PSG réagit

DirectLCI
VIOLENCE - Le défenseur du Paris Saint-Germain Serge Aurier comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour une altercation avec la police en mai dernier. Il a été condamné à deux mois de prison ferme, une peine plus lourde que les réquisitions du parquet. Mais qui pourra être aménagée. Il a annoncé vouloir faire appel.

Que s’est-il passé entre Serge Aurier et un policier de la brigade anticriminalité, au petit matin du 30 mai ? Le défenseur du Paris-Saint-Germain est accusé d’avoir frappé un membre de la Bac à la sortie d’une boîte de nuit proche des Champs-Élysées. Une version que réfute le joueur, accusant pour sa part le policier de l’avoir brutalisé. Il a pourtant été condamné ce lundi 26 septembre par le tribunal à deux mois de prison ferme, une peine qui pourra toutefois être aménagée. Il devra par ailleurs verser 600 euros de dommages et intérêts pour préjudices corporel et moral et 1500 euros de frais de justice. 


L'international ivoirien va faire appel de cette décision, a annoncé son avocate. De son côté, le PSG a simplement diffusé un communiqué pour expliquer que son joueur "bénéficie à nouveau de la présomption d'innocence dans l'attente de la décision de la Cour d'appel". A ce titre, Serge Aurier est "autorisé à poursuivre l'exercice de son métier, en France comme à l'étranger".

Lire aussi

L’affaire était jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Paris pour des faits de violences volontaires sur personne dépositaire de l’ordre public. Alors que le joueur risquait jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende, le parquet s'était montré clément en requérant deux mois de prison avec sursis assortis de travaux d'intéret général. 


Le procès devait permettre d’en savoir plus sur les évènements de cette nuit-là. Selon une source proche de l’enquête, l’international ivoirien se serait montré "véhément" et "assez méprisant" lors du contrôle de son véhicule par des policiers de la Bac. L’un d’entre eux lui aurait alors demandé de souffler pour contrôler son taux d’alcoolémie puis de sortir de la voiture. C’est à ce moment-là que Serge Aurier est soupçonné d’avoir mis un coup de coude au thorax du policier. Celui-ci avait porté plainte et reçu une incapacité totale de travail (ITT) d’un jour.

En vidéo

Serge Aurier est arrivé au Palais de justice de Paris

Si j'avais vraiment voulu le toucher, je lui aurais mis une bonne droiteSerge Aurier

Placé en garde à vue, le défenseur parisien avait contesté les faits, portant plainte lui aussi pour violences policières. "C’était violent", a-t-il décrit lors d’un entretien à Clique TV, le 22 juin. "Ils sont sortis de la voiture, m’ont insulté, contrôlé, brutalisé. Un mec m’a poussé, je ne sais pas si j’ai encore la trace (sur son arcade sourcilière). J’avais aussi la lèvre pétée (sic)". Accusant un policier de lui avoir mis des coups, Serge Aurier s’était défendu d’avoir frappé qui que ce soit. "Le pire, c’est que derrière le flic (sic) dit que je lui ai mis un coup au thorax, un coup de coude… Si j’avais vraiment voulu le toucher, je lui aurais mis une bonne droite. (…) Lui m’a mis des droites sur le visage, il m’a pété la lèvre et le front".

Lire aussi

Placé en garde à vue parce uniquement parce qu’il n’aurait pas voulu rentrer chez lui, d’après ses propos (il pouvait reprendre le volant car son contrôle d’alcoolémie indiquait 0,27 g/litre pour une limite de 0,5 g/l, selon Le Parisien), Serge Aurier n’aurait donc rien à se reprocher dans cette affaire. "Je ne suis pas coupable. Il y a au moins cinq ou six témoignages qui disent  exactement ce que j’ai dit", se défend-il.

Ce n'est pas la première fois que Serge Aurier se fait remarquer hors des terrains de foot. En février, il avait insulté son entraîneur et s'était moqué de plusieurs de ses coéquipiers, en direct sur le réseau social Périscope. Le club l'avait alors mis à l'écart, avant de le réintégrer pour la fin de saison.


Ce procès intervient deux jours avant le déplacement du Paris-Saint-Germain chez le club bulgare de Ludogorets, pour la deuxième journée de Ligue des Champions.

Lire aussi

En vidéo

PSG : Laurent Blanc, une "fiotte" ? Une vidéo du joueur parisien Serge Aurier fait polémique

En vidéo

PSG : condamné à deux mois de prison ferme, Serge Aurier veut faire appel

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter