Violences sur une fillette de 2 ans : 4 animateurs de Saint-Denis suspendus, la justice saisie

Image d'illustration d'enfants en train de jouer
Justice

JUSTICE - Quatre animateurs et un directeur de centre de loisirs ont été suspendus vendredi par la ville de Saint-Denis pour des violences sur une fillette de deux ans. Selon nos informations, la commune a fait un signalement au procureur de la République. Elle doit recevoir la famille lundi.

Tout est parti de plusieurs vidéos postée sur le réseau social Snapchat ce vendredi 17 juillet. Selon la mairie de Saint-Denis, on y voit un animateur perdre patience face une fillette de 2 ans à l'heure de la sieste. Alors qu'il n'arrive pas à l'endormir, il la pousse. Un geste brutal qui la fait chuter. La scène a été filmée par un collègue de l'animateur, et se déroule sous les yeux de deux autres employés municipaux, impassibles. La ville de Saint-Denis a donc décidé de les suspendre tous les quatre ce vendredi, ainsi que le directeur du centre de loisirs Gutenberg. 

Ce samedi, la mairie a également indiqué à LCI avoir fait un signalement au procureur de la République, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale. Ce dernier précise que "toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs." Le procureur de la République décidera de la suite à donner à ce signalement. De son côté, la mairie a ouvert une enquête administrative.

La famille pourrait bientôt porter plainte

La famille de la fillette pourrait également déposer plainte dans les prochains jours. La mairie a confié à LCI ce samedi qu'elle serait reçue lundi 20 juillet par la protection de l'enfance pour l'accompagner dans sa démarche et lui fournir toutes les informations nécessaires au dépôt de plainte.  Dans un communiqué publié vendredi, la mairie indiquait avoir communiqué "à la famille de l’enfant violenté des identités des agent.e.s mis.e.s en cause pour lui permettre de porter plainte nominativement". Elle précisait aussi se tenir "prête à appuyer la plainte de la famille par une constitution de partie civile".

Matthieu Hanotin, maire de Saint-Denis, sera présent lundi matin au centre de loisirs de l'école Gutemberg, où ont eu lieu les faits, lundi matin pour discuter avec les familles des autres enfants. La ville mettra également en place une cellule psychologique à destination des familles, des enfants et du personnel de mairie. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent