EXCLUSIF - Jeune homme grièvement brûlé dans un fourgon de police à Mantes-la-Jolie : "J'ai failli perdre mes mains"

DirectLCI
INTERVIEW - Un jeune homme de 27 ans, arrêté le 7 novembre 2017, avait été grièvement brûlé par un chauffage situé dans le fourgon de police qui le conduisait au commissariat. Il témoigne en exclusivité pour LCI.

Mardi 9 janvier, le parquet de Versailles a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à trois mois" et "non-assistance à personne en danger" contre cinq policiers après une interpellation violente survenue début novembre 2017 à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Lors de cette arrestation, le jeune homme concerné avait été grièvement brûlé aux mains par un chauffage situé dans un fourgon de police qui le conduisait au commissariat.

"Sale négro, tu vas payer"

La victime de ces violences policières a accepté de témoigner sur LCI, sous couvert d'anonymat. "Ils ne m'ont même pas demandé mes papiers, ils m'ont directement et plaqué au sol", affirme le jeune homme. "Ils ont commencé à me taper et à me dire 'sale négro, tu vas payer'", décrit la victime. À ce moment-là, la situation dérape. "Ils commencent à me brûler avec le chauffage et je criais 'ça brûle, ça brûle', je hurlais et ils continuaient". "C'était une horreur, c'est douloureux d'en parler. Quand je regarde mes mains, je suis encore choqué. J'ai cru que j'allais perdre mes mains". 


Après son interpellation, le jeune homme a été hospitalisé pour des brûlures au deuxième et au troisième degrés. Il a dû être opéré pour recevoir deux greffes de peau et s'est donc fait prescrire trois mois d'ITT.

"Individu très virulent" selon la police

Du côté de la police, les fonctionnaires présents dans le fourgon ont toujours indiqué avoir eu affaire à un individu "très virulent". Le jeune homme aurait "tenté de prendre la fuite", avant d'être menotté et "hissé avec difficultés dans le fourgon" pendant qu'un "rassemblement hostile" se formait, d'après les premières constatations établies par la police. Ils nient l'avoir brûlé volontairement et affirment qu'il est resté debout dans le fourgon tout le long du trajet  jusqu'au commissariat.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter