Des questions toujours des questions !

Des questions toujours des questions !

Vous êtes nombreux à nous poser des questions. Chaque jour nous tâchons d’y répondre avec précision. Mais, vous n’êtes pas sans savoir, que l’actualité qui gravite autour du Covid-19 évolue. Ce qui est vrai un jour, ne l’est pas obligatoirement le lendemain. Nos commentaires sont ajustés et modifiés si besoin en fonction de ces changements. Le sujet qui génère actuellement le plus de questions concerne les voyages et les délais de remboursement. Exemple : "Dans la rubrique « le 20 HEURES VOUS RÉPOND » il y a quelques jours vous avez dit : « OUI on peut annuler un voyage prévu cet été, même en France, et que plus rien ne vous empêche de partir vous pouvez annuler et être remboursé sous forme d'un avoir valable 18 mois, les conditions sont maintenues jusqu'au 15/9 . A priori ceci n'est plus possible puisque nous sommes sortis du confinement !" Voici notre réponse :

Dans le cas qui vous importe, il semble bien que nous n’ayons pas fait d’erreur et que nous ne nous soyons pas égarés dans les méandres des directives gouvernementales relatives à cette épidémie qui varient  au fil des jours. 

Dans la rubrique #le20HvousRépond , nous avons répondu à la question suivante : « J’ai un voyage prévu cet été, je ne veux plus y aller : puis-je annuler et être remboursé ? »

Toute annulation de séjour réalisée entre le 1er mars et le 15 septembre prochain fait l’objet de mesures particulières, qu’elle soit à l’initiative de l’agence de voyages ou du consommateur, en raison de la crise du COVID-19 : confinement, frontières fermées, protocole sanitaire, personnes vulnérables, crainte de deuxième vague épidémique… 

 C’est l’objet de l’ordonnance du 25 mars 2020 qui s’applique non seulement aux séjours organisés, mais aussi aux locations saisonnières et aux locations de voiture. 

Si vous décidez d’annuler, vous pouvez être remboursé sous forme d’un avoir valable 18 mois, lui-même remboursable à échéance. Cela vaut aussi pour les arrhes éventuellement versées. 

Attention toutefois à bien mettre en avant le contexte sanitaire ou un éventuel protocole sanitaire qui serait trop contraignant pendant votre voyage. 

Il n’est pas toujours facile d’obtenir gain de cause : les professionnels du tourisme font face à de très grandes difficultés, après trois mois de confinement, alors que l’activité économique ne reprend que très partiellement. 

 En cas de litige avec le professionnel à qui vous faîtes cette demande, nous vous conseillons de contacter l’association UFC Que Choisir : ses juristes sauront vous conseiller et vous guider dans vos démarches. 

Ce sont eux que nous sollicitons régulièrement pour répondre à vos nombreuses interrogations sur la consommation et le pouvoir d’achat.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent