Médiation. Attendre pour savoir

Le voyagiste britannique Thomas Cook a brutalement fait faillite lundi, alors qu'environ 600.000 de ses clients sont en vacances dans le monde. La rumeur courait dès dimanche et certains de nos téléspectateurs regrettent notre silence dans le 20H de ce jour-là. Exemple : "Je regarde le journal tous les soirs. Étant concernée par l'affaire Thomas Cook, j'attendais avec impatience des nouvelles. Mais, hier soir, rien, pas un mot…600 000 personnes sont concernées dont environ 10 000 Français. J'ai déjà remarqué qu'il a un décalage , un retard dans l'info... !" LIRE LA RÉPONSE :

Vous avez raison nous aurions pu évoquer la faillite de Thomas Cook dès dimanche mais à l’heure du journal elle n’était que possible, un conseil d’administration se tenait à Londres pour éviter la chute. Le voyagiste britannique jouait ses dernières cartes et nous avons préféré attendre qu’elles soient toutes déposées sur la table des négociations pour annoncer le couperet final. Dès que nous avons eu confirmation d’une cessation d’activité et de ses conséquences pour des milliers de touristes, nous avons relayé massivement les déboires des 600 000 vacanciers éparpillés partout dans le monde. Nous évitons, autant faire se peut,  de ne pas parler trop vite et d’annoncer le pire avant qu'il n'ait lieu car devoir faire marche arrière dans notre information nuit à notre fiabilité et fragilise notre crédibilité.  

Sur le même sujet

Lire et commenter