Médiation. Coup de sifflet final

Médiation. Coup de sifflet final

DirectLCI
Après le sacre, le retour triomphal des Bleus sur les Champs-Elysées avec des centaines de milliers de personnes venues les acclamer a monopolisé notre antenne... un téléspectateur nous écrit : "Je comprends que la coupe du monde de foot ait été un moment important mais je regrette que l'on ne voit que ça depuis plusieurs jours car il y a d'autres événements sportifs, d’autres faits plus graves comme les orages qui ont fait de gros dégâts et qui auraient dû être vus dans vos journaux" LIRE LA RÉPONSE :

J’ai répondu à des remarques similaires à la vôtre au début de la Coupe du monde. A vrai dire, tout au long de ce championnat  vous étiez nombreux à protester contre l’hégémonie cathodique qui lui est indissociable. Cette manifestation sportive internationale rassemble la planète football c’est-à-dire non pas des millions mais des milliards de passionnés et tous les quatre nos écrans ouvrent en grand cette parenthèse médiatique. La ferveur populaire, la liesse, la joie que suscitent les victoires de notre équipe nationale sont une réalité que nous ne pouvons bouder. La foule qui descend dans la rue pour fêter le succès des Bleus est, reconnaissez-le, impressionnante par son ampleur. Quand un tel événement se déroule devant nos yeux nous le diffusons en direct comme il se doit. Le retour des champions du monde sur le sol français était hier une actualité incontournable et notre public comme celui de bien d’autres médias souhaitait la vivre pleinement, sans demi-mesure au plus près des joueurs. Nos caméras ont permis à ceux qui n’étaient pas à Paris de voir de partager cette émotion et cette folle ambiance qui régnaient sur les Champs-Elysées.. Certes la victoire de la France n’est pas la préoccupation première de bien des individus confrontés à des soucis matériels récurrents mais l’engouement général qu’a généré ce Mondial fut, il vous faut bien l'admettre, contagieux. La fête du ballon rond est désormais terminée et les JT regagnent leur vestiaire et quittent leurs habits de lumière, les mauvaises nouvelles font leur retour timidement dès aujourd’hui  dans nos éditions avec les inondations en Haute-Garonne. Je précise que les informations cruciales avaient conservé, bien évidemment, leur ticket d’entrée dans nos journaux pendant ce championnat mythique. Le JT demeure plus que jamais le rendez-vous de l’information même si cette information peut certains jours être dominée par une actualité qui n’est pas la vôtre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter