Médiation. Cuisine électorale équilibrée

Je me fais une réflexion en regardant E. Marron en ce moment sur votre chaîne. Comment expliquer qu'aucun des deux journalistes n’interrompe le candidat ? J'ai suivi ma même interview avec Marine Le Pen et elle ne pouvait quasiment pas prononcer une phrase entière sans être grossièrement interrompue. C'est franchement désolant. Je tenais à vous faire part de mon agacement devant ces inégalités. Réponse :

L’entre-deux-tours laisse peu de place à l’improvisation, les temps de parole et les temps d’antenne des deux finalistes dépendent d’un barème législatif basé sur l’égalité. Seule la censure arithmétique oriente notre sélection. Certes, en cette période délicate, le regard qu’ont nos téléspectateurs sur la qualité de nos journaux et nos émissions n’est  pas neutre, il est même trompeur, biaisé par une sensibilité politique exacerbée. Mais ne sous-estimez pas leur esprit critique, les électeurs ne sont pas des moutons ou des soldats au garde à vous susceptibles d’accepter, sans broncher,  d’éventuelles consignes de vote. Notre public se pose des questions et attend des réponses. Le rôle du journaliste, le nôtre donc, est de l’éclairer dans son choix. Notre fonction est d'apporter la contradiction et l'information dans le respect de l'impartialité qui caractérise notre profession. Notre neutralité est sans faille et c'est à ceux qui nous écoutent de décider du bien-fondé des déclarations des deux candidats. Nos téléspectateurs ont, pleinement, le droit d’avoir leur propre opinion. Nous leur communiquons, simplement, du mieux que nous pouvons tous les ingrédients électoraux mais nous ne leur imposons pas un nom.

Lire et commenter