Médiation. Des rassemblements musclés

Médiation. Des rassemblements musclés

Au 44e jour de grève contre la réforme des retraites, des actions plus ciblées voient le jour, la lecture qui en est faite dans nos JT ne séduit pas tout le monde mais notre impartialité brave les critiques. Exemple : "Je suis très surpris du commentaire du journaliste lors de la diffusion samedi du reportage sur la manif improvisée de certains militants devant le théâtre des Bouffes du nord avec la présence de M. Macron, le journaliste précise qu'un autocollant de la CGT se trouve sur le mégaphone d'un des manifestants.... Quelle utilité a cette précision car un autocollant peut se ramasser n'importe où ! pourquoi ce parti pris ?" LIRE LA RÉPONSE :

Notre fonction consiste à rendre compte de ce que l’on voit sans émettre de jugement de valeur. Les grévistes les plus déterminés ont décidé de passer à des modes d'actions plus musclés ou plus spectaculaires, nous les avons simplement relatés.  Ce fut le cas vendredi, par exemple, lors d’une opération coup de poing devant la pyramide du Louvre. La contestation sociale semble basculer dans une phase plus radicale, c’est ce que nous avons expliqué dans nos journaux sans pour autant affirmer que ces rassemblements sporadiques émanaient d’organisations syndicales, les leaders les ont d’ailleurs condamnés. Le reportage diffusé le lendemain ne montrait aucun syndicat du doigt comme le prouve le texte exact de notre commentaire ci-joint : "Quand des manifestants perturbent la sortie " théâtre " du chef de l'Etat vendredi soir, ce ne sont pas des responsables syndicaux ou des chefs de partis qui en sont à l'origine mais des groupes plus obscurs qui s'organisent via les réseaux sociaux. Même les syndicats semblent dépassés.  Tous condamnent la violence et assurent en faire les frais. "

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent