Médiation. Fracture sociale et territoriale

DirectLCI
Nous diffusons régulièrement des reportages sur le monde rural, de nombreux téléspectateurs nous reprochent de les "placardiser" dans des métiers manuels, les emplois qui nécessitent des études poussées ne seraient pas pour eux. Nous ne véhiculerions que des "clichés" : les instruits dans les grandes villes, les professions plus basiques dans les campagnes. Un exemple parmi tant d’autres : "c'est dommage de faire passer les ruraux pour des personnes incapables de faire des études. cela dénigre encore un peu plus les métiers manuels." LIRE LA RÉPONSE :

Ces remarques récurrentes reposent sur une réalité que l’actualité, ces derniers mois, a mise au jour : le quotidien d'une partie des Français éloignés de tout. Cette frontière territoriale nous tentons de l’occulter dans nos reportages mais notre caméra ne la rendra jamais invisible. Pour les jeunes qui vivent à la campagne, ce sont leurs études qu’elle pénalise avec des heures de transport et un avenir professionnel dont le choix est limité, les universités restant trop inaccessibles. Cette France rurale assignée à résidence, nous ne pouvons pas la transformer et lorsque nous parlons d’elle, nous ne voulons en aucun la dévaloriser bien au contraire…mais inciter l’autre France à regarder en face cette fracture territoriale.  

PS :  Aujourd’hui, plus de 2 millions de jeunes vivent en milieu rural et à peine 5 % d’entre eux accèdent au niveau Master     

Sur le même sujet

Lire et commenter