Médiation. La colère des uns et les repas des autres

Médiation. La colère des uns et les repas des autres

DirectLCI
Journée nationale d'action des gardiens de prisons qui réclament davantage de moyens pour assurer leur sécurité, l’accès de nombreux centres pénitenciers est perturbé. Un téléspectateur nous écrit : "Je suis étonné de ne pas voir de sujet sur le mécontentement des surveillants pénitentiaires ! Les détenus que nous accueillons sont de plus en plus violents et irrespectueux. Je trouve désolant que votre chaîne ne parle pas ou très peu de notre colère et encore moins de notre métier. Le journal du 20H nous a parlé de sushi et de pizza, pendant ce temps-là, des surveillants de Fleury-Mérogis, en grève dressaient des barricades…." LIRE LA RÉPONSE :

Il faut de tout et de tout le monde dans un journal, ne vous en déplaise. Le malaise du personnel pénitencier a été, maintes fois, mis en lumière dans nos éditions. Suite à l’agression, jeudi dernier, de trois gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, par un détenu considéré comme le cerveau des attentats de Djerba en 2002, la grogne des surveillants du milieu carcéral est sur le devant de la scène. Depuis jeudi, par conséquent, cette actualité est traitée dans nos JT, parfois brièvement, certes mais elle y est présente et aujourd’hui, elle le sera pleinement.. La tension était hier, comme, vous le soulignez, particulièrement vive aux abords de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Par ailleurs deux nouvelles agressions à Mont-de-Marsan et Tarascon ont mis le feu aux poudres et intensifié la mobilisation de cette profession à l’échelle nationale qui dénonce une insécurité grandissante. 139 des 188 centres pénitentiaires ont été affectés "à des degrés divers" par ce mouvement  massif de protestation. Ceci étant dit, vous comprenez fort bien, que nous ne pouvons pas, quotidiennement, faire l’état des lieux des prisons en y énumérant les incidents du jour, nombreux en raison de la surpopulation carcérale, un problème chronique en France. Le taux d’occupation des établissements pénitentiaires est actuellement de 117%, un pourcentage qui explique ce trouble de l’autre côté des barrières...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter