Médiation. La fête résiste au pillage

Médiation. La fête résiste au pillage

DirectLCI
Des violences en marge des rassemblements festifs célébrant le titre mondial de l'équipe de France de football ont eu lieu dans plusieurs grandes villes. Un téléspectateur nous écrit : "je m'étonne que vous ne parliez pas des dégâts causés par des ""voyous"" après le : casses de vitrines, vols, heurts avec la police......... ceci sans doute suite aux ordres de la "" hiérarchie"" . Bref , je ne crois plus vos infos..." LIRE LA RÉPONSE :

La "hiérarchie" que vous évoquez ne hiérarchise pas nos choix. Notre métier ne consiste pas à grossir un événement plus que de raison. Les incidents qui ont brièvement terni les festivités du Mondial ont bien été mentionnés dans nos éditions, des images du Drugstore Publicis des Champs-Elysées saccagé y ont même été diffusées. Des casseurs ont perturbé brièvement dans plusieurs villes de France la victoire des Bleus...Ils étaient une trentaine à Paris à vouloir tout casser contre des centaines de milliers de personnes rassemblées pour célébrer le triomphe des Français. L’équation de l’information donnait donc gagnant le camp des scènes de joie contre celui des pillages. Ces affrontements n’étant pas ni significatifs, ni exceptionnels nous avons décidé de ne pas les étaler à la une de nos journaux, les responsables de ces violences urbaines ne pouvaient pas décrocher la médaille d’or et trôner sur la plus haute marche de l’actualité. Les héros de nos JT ce jour-là arboraient deux étoiles et ce sont eux que notre public voulait voir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter