Médiation. La représentation nationale, montre en main

Médiation. La représentation nationale, montre en main

DirectLCI
Au lendemain de l’interview du chef de l’Etat, le choix de notre invité politique étonne. Des téléspectateurs nous écrivent : "Au lendemain de l’intervention d’Emmanuel Macron vous invitez Jean-Luc Melenchon chef d’un groupuscule qui ne possède que 17 députés sur les 577 de l’Assemblée. Vous donnez beaucoup trop d’importance à ce mouvement politique qu’est La France Insoumise." LIRE LA RÉPONSE :

Ne vous méprenez pas, les interventions des leaders politiques répondent à un minutieux calcul, elles ne s’improvisent pas et correspondent à des règles strictes que notre groupe respecte au pied de la lettre. Scrupuleusement donc et conformément à cette règlementation qui édicte "le principe de pluralisme politique", tous les courants de pensée et d’opinion gardent une place sur nos chaines. Le choix de nos invités n’est pas arbitraire. Hors campagne électorale, les médias audiovisuels conservent leur chronomètre, les politiques de tous bords possèdent, légalement, un droit d’entrée dans nos JT mais il se doit d’être pondéré. En période neutre, le principe d’équité prévaut et détermine le temps de parole des uns et des autres. Il repose sur un article validé par le parlement en 2009. L’opposition, en vertu de la loi bénéficie d’un temps d’antenne inférieur de moitié à celui accordé à la majorité. Les déclarations du président de la République relatives à la politique intérieure et aux réformes nationales sont incluses dans ce calcul. L’entretien avec Emmanuel Macron que nous avons diffusé dimanche n’est, bien évidemment, pas neutre dans ce bilan comptable. Depuis le 1er octobre, une nouvelle tranche a débuté…les compteurs étant remis à zéro tous les trimestres. Outre Jean-Luc Mélenchon pour "La France Insoumise", Eric Woerth pour "Les Républicains", Nicolas Bay pour le "Front National" et Olivier Faure pour le "Parti socialiste" ont, également, réagi aux propos du chef de l’Etat dans notre 20 heures et, par conséquent, rempli, partiellement  notre case "temps de parole". D’autres invités politiques seront présents dans nos JT d’ici le 31 décembre au soir, l’équilibre démocratique est, très officiellement, ce jour-là, obligatoire. Ne doutez pas de notre impartialité, nous ne franchissons jamais  la ligne jaune…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter