Médiation. Les contraintes d’un journaliste muet

Médiation. Les contraintes d’un journaliste muet

DirectLCI
L'animation du débat est totalement nulle : les journalistes sont incapables de réguler et d'obtenir une réponse à leur question. Cette absence et incapacité d'animation est SCANDALEUSE, Bravo pour la notoriété de vos deux chaines !!!" Réponse :

Je pensais ne pas avoir à répondre à une telle remarque. La préparation, les coulisses et surtout la règle du jeu de ce duel télévisé ont été, maintes fois, expliquées dans nos JT. Il me semblait inimaginable qu’un téléspectateur puisse les ignorer mais votre mail n’étant pas unique, il me faut bien l’admettre, notre décryptage avant l’heure n’était, peut-être pas aussi limpide que nous l’avions imaginé. Cette rencontre est orchestrée par les deux grandes chaînes qui l' organisent avec les représentants des deux candidats. Comme nous endossons, également, le costume de diffuseur, les moindres détails sur le fond et la forme sont, auparavant, âprement négociés avant le coup d’envoi. Mais d’une élection à l’autre, les codes de ce traditionnel débat de l’entre-deux tours ne varient guère. Les deux journalises désignés pour animer cette phase cruciale de la course à l’Elysée ont un rôle de modérateur, d’arbitre, les yeux rivés sur la pendule. Ce sont, en réalité, les deux finalistes qui mènent la danse. C’est une confrontation, en théorie de haut vol, qui laisse, en général, peu de place à ceux qui la pilotent. 

Plus d'articles

Sur le même sujet