Médiation. Notre JT n’est pas une tribune

Médiation. Notre JT n’est pas une tribune

DirectLCI
Les interviews politiques génèrent toujours des critiques…Un exemple parmi tant d’autres : "Pourriez-vous exiger des chroniqueurs de vos deux chaînes de ne pas interrompre en permanence vos invités, ce qui est très pénible et incorrecte, un grave manque de respect. On ressent une impression de propagande et surtout pas d'information. J'aimerai connaître votre définition du mot information" LIRE LA RÉPONSE :

Les chaines du groupe TF1 ne sont pas des médias d’opinion conformément à leur ADN. Le temps de parole des politiques est réglementé et contrôlé par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), ces obligations légales nous les appliquons à la lettre ou plus précisément à la seconde près. Certains sympathisants des différents mouvements de droite comme de gauche ne voient dans notre traitement de l’information qu’un parti-pris contre les idées que leur leader expose dans nos émissions. Ils ont tort. Les invités politiques sont présents sur nos plateaux pour répondre à des questions, des questions que les citoyens se posent…et qui enrichissent le débat démocratique propre à notre République. Le rôle du journaliste est de contredire, si besoin est, leurs affirmations et ce, quels qu’ils soient et quel que soit la sensibilité qu’ils représentent. C’est un peu la règle de jeu ! Une interview n’est ni un interrogatoire, ni un monologue. Nous sommes un média de masse qui se refuse à choyer un camp plutôt qu’un autre. Ma réponse peut paraître un peu pompeuse, elle espère simplement mettre les points sur les i et calmer l’hostilité des éternels insatisfaits. Les téléspectateurs s’informent en nous regardant et conservent leur liberté de pensée en actionnant leurs neurones… 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter