Médiation. Si c’était à refaire…

Affaire Dupont de Ligonnès. L’arrestation d’un homme en Ecosse présenté comme étant le fugitif le plus recherché de France a semé le trouble dans la fiabilité de notre information. Exemple : "Quelle honte toute une soirée et une journée avec des supputations dignes d'un roman pour faire pschitt comme disait J.Chirac. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Quel manque de crédibilité vraiment !!!!" LIRE LA RÉPONSE :

Le doute par principe prévaut dans la profession…mais quand ce doute est fragilisé par plusieurs sources concordantes, il a tendance à prendre ses distances avec les récits des uns et des autres. Puis quand ces derniers s’essoufflent bousculés par des explications plus rationnelles fondées sur les sacro-saintes analyses ADN, le doute fait un retour en force…Un peu trop tard, me direz-vous, cet imbroglio ayant déjà fait la une de tous les journaux, victime d’un emballement médiatique. LCI et notre site internet ont suivi la vague, à tort certes peut-on dire aujourd’hui mais pouvaient-ils attendre sagement les résultats des experts scientifiques pour parler de cette arrestation rocambolesque ? non , bien sur. Les chaines d’info courent après l’info et cette "erreur" qui n’est pas de notre fait a clairement était détaillée dans les éditions suivantes. Un mea-culpa sincère et collectif.

Les JT de TF1, en partie grâce à leurs horaires, ont échappé à ce cafouillage mais étaient obligés de l’évoquer, compte tenu de l’ampleur du phénomène. Ils ont décrypté par souci d’informer au mieux  leur public ce qui n’aurait jamais dû sortir de l’aéroport de Glasgow pour envahir la presse nationale.

Sur le même sujet

Lire et commenter