Médiation. Tourisme et terrorisme

L'armée française a libéré quatre otages, dont les deux touristes français enlevés le 1er mai au Bénin, en menant une opération militaire au Burkina Faso dans laquelle deux officiers mariniers ont été tués. Cette actualité a été largement commentée... Exemple : "Je trouve que le sujet des deux militaires morts pour sauver deux touristes français n'est pas assez investigué sous l'angle de la responsabilité de ces deux touristes et aussi du choix du gouvernement de sacrifier deux hommes pour les sauver. En effet, la zone du parc où ont été enlevés ces deux touristes français était en orange sur le site du Ministère des Affaires Étrangères, à savoir une zone "déconseillée sauf raison impérative". LIRE LA RÉPONSE :

L’assaut des commandos Marine a dominé l’actualité ces derniers jours, deux militaires ont été tués au Burkina Faso lors d’une opération ayant permis la libération de 4 otages dont les deux Français enlevés au Bénin. Ce sont ces soldats morts au combat qui ont focalisé notre attention en raison, notamment de l’hommage national qui a été rendu à ces deux membres des forces spéciales, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Face à leur acte de bravoure, les otages ont très vite disparu de nos écrans, des hommes montrés du doigt par certains car indirectement "responsables" de cette offensive mortelle. Mais des otages même inconscients des risques encourus restent des victimes et non des coupables car les accusés d'une telle tragédie demeurent principalement les ravisseurs issus de cellules djihadistes qui gangrènent la région. Nous n’avons effectivement peut-être pas assez parlé d'eux, sans doute pour ne pas transformer ces islamistes, ces criminels en vainqueurs médiatiques.

Sur le même sujet

Lire et commenter