Médiation. Un débat légitime

Médiation. Un débat légitime

DirectLCI
Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont frappé samedi le régime syrien, qu'ils accusent de l'attaque chimique menée le 7 avril sur le bastion rebelle de Douma, près de Damas. Un téléspectateur nous écrit : "Comment se fait-il que vous n'avez pas évoqué l'intervention du Secrétaire Général de l'ONU et le fait que les Etats-Unis, La France et le Royaume-Uni n'avaient pas l'autorisation du Conseil de Sécurité pour mener ces frappes sur la Syrie ? Pourquoi la question la violation du droit international n'a-t-elle pas été évoquée ?" LIRE LA RÉPONSE :

Cet acte abject a transformé les habitants de Douma en martyrs aux yeux du monde, cette population victime d’une attaque chimique présumée a épouvanté, une nouvelle fois la presse internationale.  Les frappes aériennes,  françaises notamment, contre 3 installations militaires soupçonnées d’abriter des gaz mortels ont été légitimées par le pouvoir exécutif sous couvert de la résolution 2118 de l’ONU que nous n’avons pas détaillée dans nos JT. La Résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations unies a pour objet l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Elle fut adoptée à l'unanimité le 27 septembre 2013 après le carnage de la Ghouta et prévoit la destruction rapide d’armes chimiques, elle précise qu’en cas de non-respect de la présente résolution, des procédures spéciales s’imposent conformément au Chapitre VII de la Charte des Nations Unies (Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'acte d'agression). Vous n’êtes pas sans savoir que le Secrétaire général de l’ONU a souligné le "sérieux" des récentes allégations d’utilisation d’armes chimiques en Syrie d’où l’évocation dans nos JT de ladite légitimité des bombardements de la coalition samedi dernier. Ceci étant dit, il nous est difficile de rester totalement neutres dans un tel débat car, il faut bien l’admettre, lorsque des vies humaines sont menacées d’une façon aussi effroyable notre habituelle impartialité peut être fragilisée. J’ajoute que dans ce conflit interminable qui a déjà fait 400 000 morts et déplacé des millions de personnes, la manipulation est une arme redoutable contre laquelle nous ne sommes pas totalement immunisés. Nos contacts au sein de l’état-major des armées nous ont eux-mêmes fait part de leur extrême prudence dans l’analyse de cet événement.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter