Médiation. Un fait divers tragique mais banal

Un reportage sur Steve ce jeune homme disparu depuis la Fête de la Musique à Nantes depuis une intervention de la police et des images du rassemblement en mémoire d’Adama Traore décédé lors de son interpellation, deux événements dans le même journal qui mettraient en cause les forces de l’ordre. Certains nous soupçonnent de parti pris (à tort) et d’éviter de parler dans nos JT des agressions dont sont victimes policiers et gendarmes ce qui est, bien sûr, inexact. Exemple d’un message envoyé par l’un de nos téléspectateurs : "Adama et Steve : vous nous assommez avec ces deux-là mais rien sur le policier tabassé à mort à Toulouse (probablement reconnu par des racailles ?) Pour vous visiblement les vies humaines n'ont pas le même poids ! Les TV françaises sont de plus en plus révoltantes. Pourquoi ce parti pris anti-flic primaire et systématique ?" LIRE LA RÉPONSE :

Vérifier avant de crier au loup, une expression familière devenue une devise. Plus sérieusement nous devons rendre compte de l’actualité de manière impartiale en rapportant des faits précis. Nous nous efforçons constamment de couvrir avec la plus grande rigueur les agressions sans pour autant en être les seuls juges, nous nous refusons à en tirer des conclusions trop vite, trop tôt. Parler avant l’heure est souvent préjudiciable à la qualité de notre information. Si la rixe mortelle qui a coûté la vie à un policier à la sortie d'une discothèque toulousaine était liée à sa profession, cet homicide aurait eu pleinement sa place dans notre édition mais selon le procureur il ne s’agirait que d’une simple dispute dans une file d’attente, une bagarre dont l’issue est certes dramatique mais qui demeure une agression banale….

Lire et commenter