Médiation. Un nom et un visage

Médiation. Un nom et un visage

Attentat de Londres. L’identité et la photographie du terroriste divulguées sur nos antennes déplaisent à certains de nos téléspectateurs. Exemple : "J'aimerai lorsque vous 'informez' et traitez des attentats que vous ne montriez pas les visages, ni ne donniez les noms des auteurs de ces actes 'ignobles'. A force de voir leur visage et d'entendre leur nom, la majorité des gens, probablement, se souviennent d'eux alors que les noms de leurs victimes sont très vite oubliés ! Vous pourriez très bien présenter ces informations sans leur faire de publicité." LIRE LA RÉPONSE :

L'attentat de London bridge a très vite été authentifié comme un acte terroriste et en relatant les faits le nom de l’auteur de ce massacre ne pouvait pas être ignoré, le rendre anonyme pouvant porter atteinte à la liberté d’informer.  Ceux qui nous regardent attendent nos explications et espèrent grâce à nos reportages entrevoir le profil de l’auteur de cette tuerie. Les premiers éléments de l’enquête révèlent que cet homme n’était pas un inconnu des services de renseignements britanniques ce qui outre-manche suscite la polémique et alimente même un scandale judiciaire. Usman Khan, c’est son nom, était considéré comme un islamiste dangereux et incarcéré comme tel en 2010 mais il fut libéré avant d’avoir purgé sa peine et ce automatiquement sur parole sans même passer devant un juge. Un dysfonctionnement que nous ne pouvions passer sous silence et qui nous a incité à parler de lui plus que nous ne l’envisagions dans un premier temps. Ceci étant dit, sachez que nous avons des règles strictes que nous respectons avant d’éviter d’éventuels effets de glorification posthume.

Lire et commenter