Médiation. Un passé militaire n’est pas une plus-value pour un crime

Médiation. Un passé militaire n’est pas une plus-value pour un crime

DirectLCI
Le passé militaire du meurtrier présumé de Maëlys est mentionné dans nos sujets. Un téléspectateur nous écrit : "Je suis globalement satisfaite de vos journaux. Cependant, je remarque concernant N. Lelandais que les reportages que vous passez en boucle sur son histoire indique à l'envi qu'il s'agit d'un "ancien militaire" ... ce qui est vrai mais seulement 5 ans puisque qu'il n'a rien fait ensuite. Parlez-vous d'ancien plombier, d'ancienne secrétaire, ... pour qualifier un suspect ou un coupable ? " LIRE LA RÉPONSE :

Il est vrai que nous avons tendance à examiner à la loupe la vie des présumés coupables et de préciser dans nos reportages leurs activités passées, quelles qu’elles soient. Souvent, il s’agit juste d’éviter de répéter un nom dans une phrase. Certes, concernant  Nordahl Lelandais, son engagement  au sein de la brigade cynophile de l’armée a été, maintes fois, cité dans nos journaux mais cette indication sur sa carrière militaire n’est pas accusatrice et ne suggère pas de sa part une connaissance approfondie du déroulé des enquêtes criminelles. Nous ne sous- entendons pas qu’une présence sous les drapeaux soit une plus-value dans l’accomplissement d’un homicide. Au cours de cette période sous l’uniforme, Nordahl Lelandais  a, sans doute, reçu une formation spécifique sur le maniement des armes et sur les techniques de déplacement notamment en un milieu hostile. Mais, le sang-froid militaire dans une situation critique ne donne pas les clés du meurtre parfait. Les nombreuses séries policières sont plus riches en enseignement sur les méthodes à suivre pour éviter les menottes et la prison qu’une formation au sein de l’armée. A ces feuilletons télévisés, un ancien plombier ou un ancien secrétaire a autant accès qu’un ancien militaire. Une parfaite connaissance des lieux est, également, un atout fiable qui ne dépend pas de la profession de l’intéressé. Par ailleurs, devant son petit écran, chacun sait que le témoignage de l’ADN est une preuve irréfutable, la science a aujourd’hui le dernier mot et c’est ce que nous avons expliqué dans nos JT. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter