Médiation. Une cessation d’activité silencieuse

Médiation. Une cessation d’activité silencieuse

DirectLCI
Des entreprises rencontrent des difficultés financières et menacent de licencier en masse leurs employés, certaines sont présentes dans nos journaux et d’autres, au contraire, y sont absentes. Un téléspectateur nous écrit : "Whirlpool, GM&S, Tupperware, de ça on en parle mais aucun mot sur la société Automotive d’Amiens qui a été placée en liquidation judiciaire le 13/10/2017 et dont les 53 salariés vont être licenciés." LIRE LA RÉPONSE :

Nous n’avons pas la prétention de pouvoir parler de tout et de tout le monde. Certaines actualités  thématiques notamment celles du secteur économique sont trop nombreuses pour arriver entières dans nos JT. En France, les défaillances d’entreprises,  selon l’appellation usuelle, ont atteint le chiffre de 58.057 en 2016, 168 sont répertoriées chaque jour… Ces données officielles relativisent la pertinence de votre remarque. Certes, la société Automotive, spécialisée dans la production de cadrans pour l’automobile a fait l’objet d’une procédure de sauvegarde  puis d’une liquidation judiciaire prononcée, effectivement, le 13 octobre dernier par le tribunal de commerce. 53 salariés, essentiellement des femmes sont désormais sans emploi… Il est vrai que certaines usines placées en redressement judiciaire intéressent davantage la presse, le nombre d’employés menacés de chômage détermine l’appétit des médias. Par ailleurs, certains dépôts de bilan ne se font pas sans bruit et prennent très vite une dimension politique, ce dernier facteur valide très souvent nos choix et ouvre la porte de notre JT à certaines entreprises, d’autres, en revanche, assument loin des journalistes, les conséquences d’une faillite.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter