Que signifie le devoir de réserve ? La médiation de l'info de TF1-LCI vous répond

Que signifie le devoir de réserve ? La médiation de l'info de TF1-LCI vous répond

ÉLECTIONS - Chaque jour, vous nous posez des questions sur notre information. Cette semaine, de nombreuses remarques concernaient le scrutin des régionales et départementales. La médiation a choisi de répondre à cette question : que veut dire le devoir de réserve à la télévision avant une élection ?

Ce dimanche 27 juin, les Français étaient de nouveau appelés aux urnes pour le deuxième tour des élections régionales et départementales. Tout au long du week-end, nous étions soumis au devoir de réserve dans nos journaux télévisés et nos émissions d’information. Que signifie exactement ce devoir de réserve ? Retrouvez ci-dessous et dans la vidéo en tête de cet article les explications d'Adrien Gindre, responsable du service politique des rédactions de TF1 et de LCI.

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Qu'est-ce que le "devoir de réserve" ?

Adrien Gindre : Ce qu'on appelle ainsi, c'est le week-end qui précède l'élection, du vendredi soirà 23h59 jusqu'au dimanche soir à 20 heures, quand on vous donne les estimations. En fait, c'est comme un week-end de réflexion, une pause dans la campagne pour permettre aux électeurs de décanter tout ce qu'ils ont entendu les semaines précédentes, de réfléchir et de se faire leur opinion. Concrètement, pendant ces deux jours-là, on n'a plus le droit de vous parler de sondages. On n'a plus le droit de vous montrer d'affiches électorales. On n'a plus le droit de vous rappeler les arguments des uns et des autres.

D'ailleurs, les candidats eux-mêmes n'ont plus le droit de faire campagne pendant cette période-là.

Avec une exception tout de même. Ces règles s'appliquent aux télévisions, aux radios, mais pas à la presse écrite. Si vous ouvrez votre journal le dimanche matin, vous pourrez trouver des éléments de campagne parce que tout cela est régulé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Audiovisuel, ça porte bien son nom, ça ne concerne pas la presse écrite !

Lire aussi

Et si toutefois, par mégarde, on parle de ces élections ou d'un candidat, que se passe-t-il ?

On commettrait une faute, et dans ce cas-là, on serait sanctionné par notre régulateur, l’autorité qui nous surveille,  le Conseil supérieur de l'audiovisuel. C'est déjà arrivé par le passé que certaines chaînes de télévision et de radio commettent une erreur.

Ce n'est pas forcément volontaire. Vous voyez tous les jours, à chaque élection, les politiques aller voter le matin. Parfois, il y a un petit mot qui peut leur échapper. Et si cette parole venait à être captée par une caméra et diffusée, alors la chaîne de télévision ou de radio ne serait pas dans son droit, et elle risquerait d'être sanctionnée.

Si vous avez des questions ou remarques sur le traitement de notre information, écrivez-nous à mediationinfo@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.