3 bonnes raisons de lire "Porcelain", l'excellente autobiographie de Moby

3 bonnes raisons de lire "Porcelain", l'excellente autobiographie de Moby

MEMOIRES – Le musicien électro Moby doit son pseudo à son ancêtre, Herman Meville, l'auteur de "Moby Dick". Il semble que le génie de l'écriture ait sauté quelques générations jusqu'à lui, puisque son autobiographie, "Porcelain" (Seuil), est l'un des meilleurs livres qu'on ait jamais lu sur la musique. Voilà de quoi vous donner envie de vous plonger dans ce portrait d'un mec bien dans une époque sale et bruyante, qui donne une furieuse envie de faire la fête.

 Parce que Moby est un écrivain bourré de talent, de sincérité et d'autodérision
Moby le précise en postface : c'est bien lui qui a écrit Porcelain, même s'il avait d'abord voulu dicter sa vie à un "nègre". Il a bien fait, parce qu'il y révèle un talent exceptionnel, salué par Salman Rushdie, Dave Eggers et bien d'autres. Jamais misérabiliste, toujours empreint de tendresse, de compassion et d'autodérision, il émeut aux larmes et fait rire l'instant d'après dans cette chronique de ses années 90. Moby commence par sa jeunesse pauvre dans le Connecticut, ses années de galère à bricoler de la musique dans des squats, ses rencontres improbables dans New York alors ravagée par la drogue, un véritable coupe-gorge qui aurait pu avoir la peau de ce moineau catho et végétarien. Le livre s'arrête au moment où le DJ compose Play, son album vendu à plus de 10 millions d'exemplaires, alors qu'il traverse un passage à vide ; entre-temps, c'est tout un monde de création enfiévrée, d'amours déçues et de fringues fluo qui défilent sous nos yeux. 

 Parce que ses portraits d'anonymes et de célébrités sont touchants et décalés
Quand on fait ses premières armes dans les nuits des bas-fonds new-yorkais, on en voit des vertes et des pas mûres, dans des circonstances plus ou moins folles. Avec la même candeur, Moby raconte sa sidération d'avoir mixé lors d'une orgie dans un entrepôt de Chelsea ; son émotion lors du premier concert solo du nouveau copain de son ex, un certain Jeff Buckley ; sa joie délirante de faire danser des milliers de personnes en rave ; son désir suicidaire de sortir un disque punk alors qu'il commence à peine à percer dans l'électro... Et quand il rencontre son idole, David Bowie, il est tellement tétanisé qu'il lui parle d'immobilier. Truculent.

 Parce que c'est l'anthologie d'une époque bel et bien révolue
Porcelain montre deux aspects très contrastés des années 90. Le premier, c'est New York d'avant-Giuliani, où l'on peut louer un loft pour pas cher dans Manhattan, mais au risque de se faire assassiner à chaque coin de rue par des accros au crack. L'autre, c'est cet impressionnant essor des raves, où sans réseaux sociaux, des milliers de fous de techno arrivaient à se réunir dans des campagnes reculées pour danser toute la nuit, avec force drogues là aussi. Moby raconte les noirceurs de sa ville natale et les élans de joie partagée avec le même esprit : où qu'il soit, il n'aurait voulu être ailleurs pour rien au monde. A part, peut-être, dans les bars où il a recommencé à boire après des années d'abstinence (il n'a en revanche jamais touché à la drogue), ou dans les hôtels miteux dans lesquels son agent anglais l'a logé. Dans tous les cas, ça donne des scènes inoubliables qui, à défaut de donner un grand disque, ont donné un grand livre, pas moins.

A LIRE AUSSI
 >>  3 bonnes raisons de lire Owen Chase, l'auteur qui a inspiré "Moby Dick" et "Au coeur de l'océan"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : un premier cas confirmé en Île-de-France

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Présidentielle : "Eric Zemmour n'a pas la capacité d'aller au second tour", assure Marine Le Pen

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.