"Bob Dylan a été un passeur extraordinaire de la culture américaine"

LIVRES

ANALYSE – Bob Dylan est le premier musicien à remporter le prix Nobel de littérature. Imposture ou choix avisé de la part de l’Académie suédoise ? Stéphane Koechlin, auteur d’une monumentale biographie de Bob Dylan, "Epitaphes 11" (Flammarion), défend les qualités littéraires de celui qui est aussi un grand poète américain.

Le prix Nobel a été attribué à Bob Dylan pour ses "nouveaux modes d’expression poétique". Quand on a en tête la voix nasillarde du chanteur, quelques accords de guitare acoustique et des albums irréguliers depuis 30 ans, on en oublie parfois de le considérer comme un grand écrivain. Il mérite pourtant ces lauriers comme l’explique Stéphane Koechlin, romancier et critique musical, fin connaisseur de Bob Dylan et de littérature américaine.

Bob Dylan, un grand poète américain ?

"Ce sont souvent des romanciers qui sont primés au Nobel, il y a eu peu de poètes, et Bob Dylan en est un. Avant lui, le rock était surtout une affaire d’adolescents. Dylan, très influencé par Rimbaud, Jack Kerouac et Allen Ginsberg, a introduit la poésie symboliste dans le rock. Sans lui, les Beatles seraient restés à composer 'Help', c’est Dylan qui leur a montré la voie à travers la littérature, à aller au-delà de leurs petites histoires toutes simples. Dylan a propulsé le rock dans le monde adulte, et à travers lui, c’est tout une génération, toute une culture qui est récompensée."

En vidéo

Le prix Nobel de littérature attribué à Bob Dylan

C'est Dylan qui a introduit la poésie symboliste dans le rock- Stéphane Koechlin

Un songwriter, même génial, a-t-il sa place dans le Nobel de littérature ?

"C’est difficile à dire, mais je pense qu’il a quand même sa place. Sur le plan littéraire, on y retrouve un peu du flux verbal de Kerouac, et qu’il a adapté à la musique. J’ai d’abord aimé le musicien Dylan, puis je me suis intéressé à sa poésie, à ce qu’il racontait. Il a été un passeur extraordinaire de la culture américaine, il a évoqué de grands personnages, des hors-la-loi avec 'John Wesley Harding'… Il a des idées, des images, toute une prose qui reste aussi mystérieuse : il n’y a pas toujours de sens apparent dans sa poésie, mais c’est ce qui provoque son lyrisme et son éclat."

Lire aussi

    Est-il l’égal des grands romanciers américains ?

    "Dario Fo, qui est mort ce même 13 octobre, avait aussi été un prix Nobel contesté, parce que c’était un homme de théâtre qui n’a pas non plus écrit de grands romans. Mais en 1965, le New York Times titrait en Une : 'Bob Dylan est-il l’héritier de Hemingway et de Faulkner ?' Ces deux derniers ont été prix de Nobel de littérature, Dylan était mis sur le même plan dans la grande littérature américaine… A l’époque, il était seul avec sa guitare, comme un troubadour, les gens comprenaient alors l’importance de ses textes, de ce qu’il avait à raconter."

    En 1965, le New York Times titrait : Bob Dylan est-il l'héritier de Hemingway et de Faulkner ?- Stéphane Koechlin

    Quels sont ses plus beaux textes ?

    "Pour moi, 'Blowin’in the wind' est une grande poésie, avec ce refrain, 'la réponse est dans le vent', au souffle extraordinaire. 'Like a rolling stone' est aussi une chanson épique ! De 1962 à 1966, Dylan était dans un état de grâce incroyable et a produit ses meilleurs disques. Allen Ginsberg assistait à tous ses enregistrements, il était très apprécié des poètes Beat, et il a toujours eu ainsi une cote très élevée dans le milieu littéraire. Il a aussi écrit deux livres, Tarentule qui est un recueil de poèmes très surréalistes, et Chroniques, vol.1. Il n’a pas écrit la suite parce qu’il doit penser avoir tout dit dans ce petit livre assez brillant, où il décrit notamment la Nouvelle-Orléans de manière magnifique, c’est l’un de plus beaux passages que j’ai pu lire de toute la littérature américaine."

    Va-t-il venir avec sa guitare recevoir son prix à Stockholm ?

    "Va-t-il seulement venir ? C’est déjà compliqué de le savoir ! Il peut envoyer un ambassadeur, un clone, ou ne pas venir du tout ! Je ne l’imagine pas pleurer de joie, il a toujours boudé l’affection qu’on lui porte et les hommages, c’est quelqu’un de très cynique, de distant. Mais peut-être aussi qu'il est heureux, on ne sait pas encore."

    En vidéo

    Bob Dylan nobélisé : "Ses chansons ont influencé toute une génération"

    Lire aussi

      Et aussi

      Lire et commenter