Ces livres que vous avez failli manquer (1/10) : "Carnets noirs" de Stephen King

LIVRES
DirectLCI
RATTRAPAGE – Quoiqu'on en dise, nous vivons une époque de culture foisonnante. Avec ses avantages et ses inconvénients quand on est journaliste : avec tous les disques, tous les livres, toutes les BD qui sortent chaque semaine, certaines pépites nous échappent. Pas pour longtemps : nous avons rattrapé ces sorties dont on ne vous a pas parlé sur le coup, pour mieux vous les conseiller au moment de choisir vos lectures de vacances. Aujourd'hui : "Carnets noirs" de Stephen King (Albin Michel).

► C'est qui déjà, Stephen King ?
Le grand maître du roman d'horreur, et l'un des plus grands auteurs américains tout court. Dès son premier roman, Carrie, paru en 1974, King n'a produit que des best-sellers, aussi bien acclamés par le public que par la critique. Il a vendu plus de 350 millions d'exemplaires de ses 50 et quelque livres, dont un grand nombre a été porté à l'écran. Fidèle à son Maine natal, King a récemment élargi ses talents en écrivant pour la télévision (des séries comme Kingdom Hospital) et des thrillers historiques (comme 11/22/63, sur l'assassinat de John F. Kennedy.

► De quoi ça parle, Carnets noirs ?
Nous sommes en 1978 et l'écrivain John Rothstein a pris sa retraite, plongeant dans le désespoir les millions de lecteurs qui suivaient les aventures de son héros, Jimmy Gold. L'un de ses fans, Morris Bellamy, assassine Rothstein. Il s'empare de sa fortune, et surtout du contenu de son coffre-fort : plusieurs carnets qui composent deux livres inédits. L'inspecteur Bill Hodges mène l'enquête, Bellamy est arrêté et incarcéré, mais l'histoire connaît un rebondissement inattendu 32 ans plus tard, en 2010…

► Et pourquoi on devrait l'emmener dans nos bagages ?
Comment ne pas songer à l'inoubliable Misery, autre grand succès de King mettant en scène un auteur à succès et une fan folle à lier ? Cette obsession constitue l'un des thèmes de prédilection de Stephen King, avec les affres de l'adolescence et le pouvoir de la fiction, qui peuvent mener au meilleur comme au pire. Carnets noirs convoque également des protagonistes de Mr. Mercedes (prix Edgar 2015), comme le tueur Brady Hartsfield, et c'est tout ce qu'on aime chez cet auteur inépuisable : se retrouver en terrain familier dans des histoires toujours originales.

EN SAVOIR +
>>  Le remake de "Ça" est remis sur les rails, et sera deux fois plus terrifiant
>> 
Découvrez le visage du nouveau clown de "Ça", d'après Stephen King 

Lire et commenter