"Extorsion" : un Ellroy qui claque en pleine figure

"Extorsion" : un Ellroy qui claque en pleine figure

LIVRES
DirectLCI
LIVRES - Polar, thriller, roman noir... Chaque jeudi, retrouvez le coup de coeur de Marc Fernandez, cofondateur et rédacteur en chef de la revue "Alibi". Aujourd'hui : "Extorsion", de James Ellroy.

Il est en pleine forme, James Ellroy. Celui qu’on surnommait "Le Dog", mais qui préfère désormais se faire appeler "Le Chacal", revient avec un livre court et déjanté, "Extorsion". Présent à Paris et à Lyon ces derniers jours, il a enchaîné les rencontres et les signatures, une tasse de café toujours à la main, debout pour dédicacer ses livres. Il faut dire qu’il aime la France. "Vous avez cette immense culture du roman noir", dit-il entre deux rendez-vous. Avec ce nouveau texte, prévu uniquement pour l’édition numérique au départ, il nous fait recroiser la route d’un de ses personnages fétiches, Freddy Otash.

C’est qui ?
Est-il encore besoin de présenter James Ellroy ? Il est sans conteste l’un des grands maîtres du polar aujourd’hui. Un talent littéraire certain, une personnalité forte, certains disent de lui qu’il est fou, d’autres ne supportent pas ses prises de position politique très à droite. Une chose est sûre, il ne laisse personne indifférent et il restera à jamais comme un auteur qui compte dans le milieu. Invité d’honneur du dernier festival Quais du polar à Lyon le week-end dernier, il a été d’une disponibilité et d’une gentillesse à toute épreuve, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Et il a d’ores et déjà annoncé qu’il reviendrait l’an prochain.

Ça parle de quoi ?
Bienvenue au purgatoire, où l’ancien flic véreux devenu détective privé, maître chanteur et proxénète, Freddy Otash, passe son temps à être torturé par ses anciennes victimes. On y croise notamment Marilyn Monroe ou Ava Gardner. Mais pour sortir de là et obtenir une remise de peine lui permettant de passer "au nuage supérieur", Otash doit confesser tous ses pêchés. Il sollicite l’aide d’un "plumitif nommé Ellroy". Qui va nous raconter dans le moindre détail son parcours pervers et cupide. On croisera aussi James Dean et Jean-Paul Sartre, assistant à une projection privée de film porno… Ce texte est suivi de deux chapitres inédits de Perfidia, le premier tome du nouveau Quatuor de Los Angeles, qui sortira en mars 2015.

Pourquoi on aime ?
Une claque en pleine figure, un coup de poing dans l’estomac. Il faut prendre son souffle et ne plus respirer avant d’engloutir les 188 pages d’Extorsion. Du grand et du bon Ellroy, celui qu’on aime, celui du Quatuor de Los Angeles, celui de la trilogie Underworld USA, celui qui joue avec la langue et invente des tournures de phrases improbables. Le lecteur retrouve l’exécrable Freddy Otash, voyeur, alcoolique, manipulateur, qui met Hollywood sous sa coupe. Et voit apparaître Ellroy lui-même comme personnage. La modestie ne fait pas partie de son caractère, mais on lui pardonne tant on prend plaisir à déguster ses mots.

Extorsion, de James Ellroy, trad. Jean-Paul Gratias
Éditions Rivages / Thriller, 188 pages, 13, 50 €
Retrouvez le nouveau numéro de la revue Alibi dans toutes les bonnes librairies à partir du 16 avril et sur Twitter (@Alibimag).

Lire et commenter