Festival d'Angoulême : le Fauve d'Or attribué à "L'Arabe du futur" de Riad Sattouf

Festival d'Angoulême : le Fauve d'Or attribué à "L'Arabe du futur" de Riad Sattouf

PALMARES – Le Festival international de la BD s'est terminé dimanche 1er février. Le prix du meilleur album a clôturé une cérémonie où flottait le souvenir de "Charlie Hebdo", sans son esprit mordant.

Quelle joie, quand c'est votre favori qui gagne ! Les gens qu'on a commencé à bassiner avec L'Arabe du futur auront une confirmation supplémentaire : le premier album autobiographique de Riad Sattouf est un chef-d'œuvre , et il a bien mérité la plus haute distinction du Festival d'Angoulême. "Quand j'ai montré l'album à ma mère avant la publication, a-t-il dit en recevant son Fauve d'Or, elle m'a demandé : 'tu crois vraiment que ça va intéresser quelqu'un ?" Au moins autant de lecteurs et de spectateurs que Sattouf, 36 ans, régale depuis une dizaine d'années avec ses bandes dessinées et ses films.

Le prix du Public a récompensé le truculent Les vieux fourneaux

Sur la scène du théâtre d'Angoulême, une petite imprimerie avait pris ses quartiers, imprimant en temps réel de grandes pages de BD. Une jolie idée qui a coloré une cérémonie amorphe et hésitante, où l'on aurait aimé voir davantage souffler "l'esprit Charlie". La ministre de la Culture Fleur Pellerin a prononcé un discours où elle a parlé de sécurité sociale et de son soutien inconditionnel pour les créateurs avant de s'éclipser. Heureusement, le palmarès a provoqué de grandes joies chez les lauréats que voici :

Prix de la BD alternative : Dérive urbaine
Prix du Public : Les vieux fourneaux, tome 1 de Lupano et Cauuet (Dargaud)
Fauve Polar SNCF : Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet (Philippe Picquier)
Prix du patrimoine : San Mao de Zhang Leping (Fei)
Prix Révélation : Yékini de Lisa Lugrin et Clément Xavier (FLBLB)
Prix de la Série : Last Man de Bastien Vivès, Balak et Sanlaville (Casterman)
Prix Spécial du Jury : Building Stories de Chris Ware (Delcourt)
Fauve d'Or : L'Arabe du futur de Riad Sattouf (Allary)

Après ces quatre jours de BD à gogo dans un froid transperçant, on peut dire que Jiro Taniguchi a été le vrai Grand Prix de cette 42e édition du Festival d'Angoulême. Bill Watterson, qui s'est retiré de la vie publique et du métier depuis vingt ans, n'a pas fait le déplacement, et les expositions comptaient beaucoup moins de fans de Calvin et Hobbes que de Quartier lointain et Du temps de Botchan. Parions qu'il y aura plus d'affluence et d'intérêt pour Katsuhiro Otomo, le créateur d'Akira, nouveau Grand Prix d'Angoulême qui aura droit à ce titre à sa grande rétrospective pour la 43e édition, en janvier 2016.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Fin de la traque dans les Cévennes : le suspect en garde à vue pour "assassinat"

Tensions au Proche-Orient : d’où vient l’arsenal militaire du Hamas ?

"Excusez-moi, je me rends" : la fin de cavale du fugitif des Cévennes, "affaibli et hagard"

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.