Harlan Coben : "J'ai assez d'argent pour arrêter d'écrire demain"

Harlan Coben : "J'ai assez d'argent pour arrêter d'écrire demain"

DirectLCI
INTERVIEW - Véritable superstar du thriller, Harlan Coben est passé à Paris pour promouvoir son 12ème roman, "Six ans déjà". L'auteur à succès s'est confié sur ce nouvel opus, en librairie ce jeudi, mais également sur ses habitudes d'écriture. Focus.

Quel a été le point de départ de ce nouveau roman ?
J'ai réfléchi à la pire des façons d'avoir le cœur brisé. En l'occurrence, il s'agit pour moi de voir la femme qu'on aime se marier avec un autre homme. C'est ce qui arrive à Jake, le héros de ce livre. Natalie, l'amour de sa vie, lui demande ce jour-là de sortir de sa vie. Il respectera cette promesse jusqu'à ce qu'il apprenne, six ans après, que cette dernière est veuve. Seulement voilà, aux funérailles, Natalie laisse place à une inconnue...

Comment décririez-vous votre héros ?
Il est professeur à l'université. Je dirais que c'est un romantique désespéré dont le cœur a été brisé. Il court après la rédemption.

Et il est grand comme vous... (Harlan Coben mesure 1m94, ndlr). Y a-t-il d'ailleurs beaucoup de vous dans vos personnages ?
Oui, ce qui est vrai pour beaucoup d'autres auteurs. Je suis Jake autant que l'autre, le méchant, celui qui est au second plan... Il y a des morceaux de moi dans tous les personnages.

"Je voulais réussir"

Ce livre sera bientôt adapté au cinéma...
Oui, normalement... Paramount en a acheté les droits et le développe. Mais avec Hollywood, on ne sait jamais. Hugh Jackman devrait incarner Jake. Je crois qu'il sera génial.

Quelle est la première personne qui vous a dit que vous écriviez bien ?
Je ne m'en rappelle pas (rires). Je ne me souviens pas avoir eu beaucoup de retours positifs sur mon écriture. Ma petite amie de l'époque, qui est devenue ma femme, m'en a fait quelques-uns. Mais tout vient finalement de moi. Je voulais réussir. Autour, les gens disaient des choses gentilles pour me soutenir mais ceux qui croyaient que j'en arriverai là n'étaient pas nombreux.

Où et quand travaillez-vous ?
Ça change. Aujourd'hui, je suis meilleur le matin alors que plus jeune, je préférais écrire le soir. Certains écrivains ont des habitudes particulières. Si vous me donnez du temps et de l'espace, je peux écrire n'importe où : au café, dans l'avion, chez des amis... En moyenne, il me faut 9 mois pour venir à bout d'un roman. Vous savez, il y a trois choses qui font de moi un écrivain : l'inspiration, le travail et le désespoir... Car, je ne sais rien faire d'autre (rires).

"J'ai le sentiment que je progresse"

Vous êtes devenu une superstar du polar. Est-ce que cela vous met de la pression à chaque parution ?
Non jamais. La pression, c'est quand personne ne veut vous lire, que vous n'avez pas d'éditeur et donc, pas de chèque. Tout va bien pour moi puisque j'ai assez d'argent pour arrêter d'écrire demain. J'essaye simplement de livrer une meilleure histoire à chaque fois. Et j'ai le sentiment que je progresse. Du moins, je dois progresser et aller encore plus loin pour lutter contre la concurrence qui sévit à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéos, sur Netflix....

Quel regard portez-vous sur les tablettes de lecture ?
Que l'on me lise sur une pierre, sur un papier ou sur un ordi, l'essentiel c'est de lire. Si la technologie peut amener plus de gens vers la lecture, alors c'est tant mieux.

Plus jeune, quels étaient vos modèles ?
J'adorais les Chroniques de Narnia de CS Lewis. Je trouve que Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl est par ailleurs un véritable livre à suspense puisqu'on a vraiment envie qu'il obtienne son ticket d'or. Le premier thriller que j'ai lu, c'était Marathon Man de William Goldman. J'avais 15 ans et ça a changé ma vie. Je n'arrivais plus à le lâcher. Inconsciemment, je me suis dit que je voulais faire la même chose.
 

Plus d'articles