Houellebecq : un faux extrait de "Soumission" circule sur les réseaux sociaux

LIVRES

FAKE – Michel Houellebecq aurait-il prévu la tragédie de Charlie Hebdo dans "Soumission", son roman qui faisait la Une de l'actualité avant l'attentat ? C'est ce que veut faire croire un faux extrait de l'ouvrage qui circule sur les réseaux sociaux, révèle jeudi 8 janvier le Huffington Post.

"Il suffit de repenser à ce jour où une poignée de jeunes, voulant venger leur prophète, tuèrent de sans-froid les blasphémateurs publics, quinze journalistes et caricaturistes", peut-on lire, surligné, sur ce qui est présenté comme une page du livre de Michel Houellebecq. Mais si le texte autour de cette phrase est bien dans le roman Soumission, l'extrait prémonitoire a été falsifié et circule depuis mercredi soir sur les réseaux sociaux.

Une parodie signée Nordpresse, un site parodique belge

Nordpresse , site d'information parodique en Belgique dans la lignée de Gorafi, revendique la paternité de cette contrefaçon. Le site a inséré l'image du faux extrait dans un article intitulé "L'étrange passage prémonitoire du livre Soumission de Michel Houellebecq" en faisant croire qu'elle venait du réseau social, précise le Huffington Post.

Le faux extrait a été construit à partir de la page 37 du roman qui ne parle pas du tout de la mort de quinze journalistes et caricaturistes, mais évoque les prévisions d'un personnage du livre sur le vote des électeurs de la Fraternité musulmane (parti inventé par l'auteur) au second tour de la présidentielle en 2022. La véritable page 37 commence ainsi : "rapport de forces... Cette affirmation était bien sûr une connerie, les électeurs de la Fraternité musulmane se reporteraient à 99 % sur le Parti socialiste, ça ne pourrait en aucun cas changer quoi que ce soit au résultat."

"On a fait ça pour se moquer de tous les idiots complotistes qui démarrent leurs idioties", a tweeté le compte de Nordpresse. Un faux passage cochon de Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler avait déjà été créé et mis en ligne par Nordpresse.
 

Lire et commenter