Indépendance de l'Ecosse : JK Rowling sort le chéquier pour le "non"

LIVRES

ENGAGEMENT - L'Ecossaise J.K. Rowling, auteur de la saga "Harry Potter", a annoncé mercredi 11 juin avoir fait un don d'un million de livres à la campagne "Better Together" qui milite pour le maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni.

Jusque-là, J.K Rowling avait plutôt l'habitude d'utiliser sa fortune pour des œuvres caritatives. Son don d'un million de livres sterling à Better Together, le camp du non à l'indépendance de l'Ecosse, fait connaître un autre de ses engagements. L'auteur de Harry Potter, qui vit à Edimbourg depuis 21 ans, a exposé les raisons de son engagement au côté du camp du non à l'indépendance de l'Ecosse pour le référendum du 18 septembre prochain dans un long message publié sur son site www.jkrowling.com .

Une Ecossaise de cœur, économiquement prudente

"Du fait de mon lieu de résidence, de mon mariage et de la gratitude que j'éprouve pour ce que ce pays m'a donné, mon engagement va entièrement à l'Ecosse et c'est dans cet esprit que j'ai écouté pendant des mois les arguments et contre-arguments" sur l'indépendance, écrit-elle.

Tout en reconnaissant ne "pas être fan du gouvernement actuel" britannique, l'auteure s'est dite "consciente que, lorsque la banque RBS a eu besoin d'être renflouée", faire partie du Royaume-Uni "nous a sauvé d'une catastrophe économique". "La vérité est que l'Ecosse est soumise aux mêmes pressions du XXIe siècle que le reste du monde, elle doit se battre dans le même marché mondial", a-t-elle estimé.

Elle ajoute : "D'après moi, si nous votons pour rester (au sein du Royaume-Uni), nous serons dans la position grisante de l'épouse qui a envisagé de partir mais décidé de donner une dernière chance."
"Tous les principaux partis politiques nous courtisent actuellement avec des propositions de pouvoirs supplémentaires, désireux de rendre l'Ecosse heureuse", a-t-elle fait valoir. "Je doute que nous puissions jamais être plus populaire ou en meilleure position pour dicter nos conditions que si nous votons pour rester" au sein du Royaume-Uni, conclut-elle.
 

Lire et commenter