Le livre qui fait du bien (3) : "De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire" de Marc Salbert

Le livre qui fait du bien (3) : "De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire" de Marc Salbert

DirectLCI
COUP DE COEUR - Roman, témoignage, essai... Chaque semaine, retrouvez le choix "feel good" de Christophe Mangelle, fondateur et rédacteur en chef du site culturel "La Fringale Culturelle". Aujourd'hui : "De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire" de Marc Salbert.

C’est qui ?
Un auteur pas commun et peu connu. Marc Salbert est né à Laval, le 3 mars 1961. Professionnellement, il s’investit dans une carrière intellectuelle : le journalisme. Homme de radio, il est aussi passionné de musique rock. L’auteur publie très peu mais bien. Après un premier roman en librairie dans les années 2000, Compte à rebours (éditions Pétrelle). Quinze ans plus tard, janvier 2015, Marc Salbert rejoint l’écurie Les éditions Le Dilettante à qui l’on doit Anna Gavalda et Romain Puertolas. Derrière ce second roman drôle, léger et cocasse se cache un écrivain d’une grande fraîcheur. Une vraie découverte littéraire.

Ça parle de quoi ?
Arthur Berthier est critique de rock dans un journal. Lors du MIDEM à Cannes, suite à la prise de produits stupéfiants, il batifole avec une petite jeune avec laquelle il saccage une chambre d’hôtel. Dans le feu de l’action, il jette par la fenêtre un minibar ! La facture est salée puisqu'il est contraint de quitter sa rubrique musicale... pour intégrer le service des informations générales. Pour sa première enquête, il est envoyé dans un square parisien pour rencontrer des réfugiés afghans. Or une intervention de la police a lieu quand il est sur le terrain. Dans la cohue, il reçoit un coup de matraque qui le conduit à l’hôpital et vers un emballement médiatique sans précédent, il devient malgré lui le héros de la liberté d’expression.

Pourquoi on aime ?
Parce qu’on pourrait croire que l’auteur a écrit en prenant des produits stupéfiants tellement son texte est drôle avec des surdoses de rocambolesque produisant des effets anti-déprime hivernale. Sur un tempo très rock, l’auteur dresse portrait acide de notre vilaine société : les bons sentiments, les petites lâchetés, l’emballement médiatique sur un feu de paille... Avec un mordant et une virtuosité comique maîtrisée, le lecteur jubile à la lecture de ce roman à la fois tendre et piquant. Un ovni littéraire complètement barré à mettre entre toutes les mains.

De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire, de Marc Salbert. Ed. Le Dilletante, 288 p., 17,50 €

EN SAVOIR +
>>
Tous nos livres qui font du bien
>>
Le livre qui fait du bien n°1 : "Le jour où j'ai appris à vivre"
>> Le livre qui fait du bien n°2 : "Nos faces cachées"

Lire et commenter