Lena Dunham, la toquée décomplexée

LIVRES
CONFESSIONS – Comment devenir riche et célèbre quand on est grosse, pas très jolie et bourrée de TOC ? La comédienne et réalisatrice de la série "Girls" nous donne la réponse dans "Not That Kind of Girl : Antiguide à l'usage des filles d'aujourd'hui" (éditions Belfond). De ses relations amoureuses catastrophiques à ses séances chez sa psy en passant par le viol qu'elle a subi, la jeune femme de 28 ans raconte sa vie avec toute l’impudeur et l'autodérision qui la caractérise.

Un écrivain en herbe 
Inconnue il y a encore quelques années, Lena Dunham est aujourd'hui un phénomène. Créatrice de l'excellente série Girls , la jeune femme a reçu une avance de plus de 3,5 millions de dollars pour écrire sa biographie. Si les fans de la série retrouveront avec plaisir l'univers de la fiction de HBO ( dont la quatrième saison arrive en janvier ), ceux qui ne connaissent pas Lena Dunham découvriront un livre qui ressemble à son auteur . A la fois drôle et déprimant, malin et imparfait, mais au final tellement attachant.

Une jeune fille (presque) comme les autres
"Je suis grosse, j'ai été maltraitée par des hommes, et pourtant, j'ai réussi". Née dans une famille d'artistes américains, Lena Dunham n'avait rien pour devenir une icône. Pas très jolie, la demoiselle souffre surtout de troubles obsessionnels compulsifs. "La liste des choses qui me tiennent éveillée inclut, mais n'est pas limitée, à l'appendicite, la fièvre typhoïde, la lèpre, la viande, les aliments impurs que je n'ai pas vu sortir de leur emballage (…), le lait, le métro, le sommeil", raconte celle qui a dormi dans le lit de ses parents jusqu'à l'âge de 12 ans.

Une réalisatrice surdouée
Si elle avait tout pour finir dans un hôpital psychiatrique, Lena Dunham a été sauvé par la télé. Et par sa psy, accessoirement. Un an après avoir réalisé son premier long métrage (Tiny Furniture en 2010), Girls est achetée par la chaîne HBO. "Quand j'ai eu la chance de tourner ma propre série, (…) je me suis désapé et j'ai foncé", écrit la comédienne au corps recouvert de tatouages. Sorte d'anti Sex and the City, la fiction raconte la vie de quatre amies à Brooklyn à l'aube de l'âge adulte. Et devient rapidement un phénomène récompensé de deux Golden Globe en 2013.

Des rapports compliqués avec les mecs
"Mon attirance pour les connards a commencé très tôt". A l'image de Hannah, son personnage dans Girls, la vie amoureuse de Lena Dunham est plutôt compliquée. "Si je pouvais prendre ce que j'ai appris, et vous rendre un travail ingrat plus facile, alors chacun de mes faux pas a été utile", explique la jeune femme qui revient également sur le viol dont elle a été victime, lors d'une soirée. "Je ne me sens plus du tout honteuse depuis que j'ai parlé. Je suis toujours moi-même et, surtout, je suis moins seule".

Not that Kind of Girl (Antiguide à l’usage des filles d’aujourd’hui), de Lena Dunham, éditions Belfont, 318 pages, 20 euros.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter