Lori Nelson Spielman : "Je ne prétends pas que nous devons chercher le pardon à tout prix"

Lori Nelson Spielman : "Je ne prétends pas que nous devons chercher le pardon à tout prix"

DirectLCI
INTERVIEW - Véritable phénomène éditorial avec 300 000 exemplaires vendus en France de son premier roman "Demain est un autre jour", Lori Nelson Spielman revient avec son deuxième roman, "Un Doux Pardon", en avant-première pour la France. Rencontre avec la reine des romans feel good durant son séjour à Paris.

Comment est née l’envie d’écrire ce roman ?
L'idée du pardon m'a toujours intriguée. J'ai été élevée dans la religion catholique, j'ai eu ma dose de honte et de regrets. Je suis aussi d'un naturel à vouloir faire plaisir aux gens, aussi j'évite les conflits autant que possible. J'éprouve une curieuse fascination quand j'entends l'histoire de quelqu'un qui s'est disputé avec un ami ou un membre de sa famille, et qui a choisi de couper définitivement les ponts. Je trouvais intéressant d'inventer une personnalité célèbre, la présentatrice télé Hannah Farr, qui dissimulerait un secret très intime et très honteux. Une fois à découvert, lorsque le public d'Hannah apprend qu'elle a reçu des pierres du pardon, alors seulement à cet instant a-t-elle une raison valable de pardonner. Et en pardonnant, elle fait ressurgir de vieux souvenirs désagréables – et peut-être même inexacts.

Les pierres du pardon, justement. De quoi s’agit-il ?
Le principe, c’est une bourse de tissu qui contient deux graviers ordinaires et une lettre d'excuses. Si le destinataire qui reçoit cette bourse accepte les excuses de l'expéditeur, il ou elle renvoie une des pierres à l'expéditeur afin de le délester symboliquement du poids de la honte et de la colère. Puis il place à son tour une deuxième pierre dans la bourse et envoie le tout à quelqu'un qu'il a offensé ou blessé, accompagné d'une lettre d'excuses pour continuer la chaîne du pardon.

Pourquoi est-ce si important de parvenir à pardonner, d’après vous ?
À mesure que nous avançons dans la vie, nous éprouvons tous des regrets. Je ne prétends pas que nous devons chercher le pardon à tout prix. Il y a des choses qu'il vaut mieux laisser enfouies dans le passé. Mais en règle générale, en voulant apaiser la douleur de nos erreurs passées, nous nous en trouvons libérés, plus heureux.

"Parfois c'est un soulagement de s'évader à travers une histoire qui rend heureux"

Vos deux romans s’inscrivent dans un phénomène éditorial qu’on appelle les romans feel good. Qu’est-ce qu’un bon roman feel good selon vous ?
Mes romans sont souvent source d'inspiration, optimistes. Malheureusement, nous vivons dans un monde de violence et de négativité. Impossible de l'ignorer... Et parfois, c'est un véritable soulagement de s'évader à travers une histoire qui rend heureux.

Autour de vous gravite une communauté de lecteurs. Quelles relations entretenez-vous avec eux?
Je reçois presque quotidiennement des messages de lecteurs/lectrices me disant à quel point mon roman a été source d'inspiration pour eux. Pour moi, c'est le plus beau compliment qu'un écrivain puisse recevoir. Je réponds personnellement à chacun d'eux, je leur explique combien j'ai apprécié leur message. Bien entendu, je reçois aussi à l'occasion des messages qui corrigent une erreur de ponctuation ou qui me reprochent d'employer trop de mots grossiers... Je leur réponds toujours, à eux aussi !

Un mot pour vos lecteurs français ?
J'adore mes lecteurs français ! Si je pouvais m'adresser directement à eux, je leur dirais : 'Merci d'avoir accepté de miser sur une nouvelle auteur, de m'avoir donné une chance et d'avoir lu mon livre. Merci d'avoir fait du bouche à oreille, d'avoir fait passer le mot, d'avoir fait de mon premier roman un bestseller. Vous avez été si chaleureux, et vous m'avez permis de réaliser mes rêves.'

Un Doux Pardon, de Lori Nelson Spielman. Ed. Le Cherche Midi, 426 p., 19,50 €
 

Lire et commenter