"L'Oubli", de Emma Healey : quand Alzheimer rime avec thriller

"L'Oubli", de Emma Healey : quand Alzheimer rime avec thriller

LIVRES
DirectLCI
REVELATION - Polar, thriller, roman noir... Chaque jeudi, retrouvez le coup de coeur de Marc Fernandez, cofondateur et rédacteur en chef de la revue "Alibi". Aujourd'hui : "L'Oubli", de la Britannique Emma Healey.

L’avantage, avec le genre polar, c’est qu’il innove tout le temps. Fini les romans avec simplement des flics ou des détectives comme héros. Aujourd’hui, tout un chacun peut devenir le personnage principal dans un livre estampillé "policier". On l’a vu la semaine dernière avec un enfant de cinq ans transformé en enquêteur. Cette semaine, c’est une dame malade de plus de 70 ans qui mène la danse et qui devient l’héroïne de L’Oubli, de Emma Healey.

C’est qui ?
Emma Healey a 29 ans et signe ici son premier roman. Elle vit à Londres où, jusqu’à il y a peu, elle était en charge du site Internet de l’University of East Anglia (UEA), la faculté dont elle est diplômée (dans laquelle elle a aussi suivi des cours de "creative writing"). La jeune femme, qui avoue écrire depuis des années, est aujourd'hui submergée par le succès que connaît son texte. Plus de vingt traductions sont en cours et les droits d’adaptation audiovisuelle ont été vendus dans la foulée. Elle est devenue, en quelques semaines, une auteure à succès et un phénomène littéraire Outre-Manche.

Ça parle de quoi ?
Maud a un problème. Elle ne cesse de retrouver des petits bouts de papier chez elle avec ce message, écrit de sa main : "Elizabeth a disparu". Mais voilà, elle ne se souvient pas de les avoir écrit. Il faut dire que Maud vit seule et, même si sa fille et une aide à domicile viennent la voir tous les jours, elle ne s’en rappelle pas non plus. Car Maud souffre de la maladie d’Alzheimer. Pourtant, elle est sûre d’une chose : son amie Elizabeth ne répond plus. Comme sa sœur Sukey cinquante ans plus tôt. Du haut de ses 70 ans bien tassés, elle va tenter de résoudre ce mystère.

Pourquoi on aime ?
Pour le personnage de Maud d’abord. Pour le style, écrit à la première personne, avec une efficacité et une empathie incroyables. Pour l'intrigue, qui mêle habilement présent et passé. Pour la vision de la maladie, tant du côté de celle qui en souffre que de celui de ses proches. L’Oubli est un texte d’une maturité incroyable, un thriller surprenant, drôle et émouvant à la fois. Emma Healey transporte littéralement le lecteur dans la tête de son héroïne, elle nous fait presque perdre la notion du temps et elle parvient à nous faire reconstituer toute les pièces de ce puzzle complexe à la fin. Pardon d’avance pour le jeu de mot facile, mais ce premier roman risque de rester gravé dans votre mémoire très longtemps.

L’Oubli, de Emma Healey, trad. Corinne Daniellot. Sonatine Editions, 354 p., 21 €
Retrouvez le nouveau numéro de la revue Alibi dans toutes les bonnes librairies et sur Twitter (@Alibimag)
 

Lire et commenter