Mafalda souffle ses 50 bougies en beauté

Mafalda souffle ses 50 bougies en beauté

LIVRES
DirectLCI
Le célébrissime dessinateur argentin Quino a été mis à l'honneur lors de la dernière édition du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême qui vient de s'achever ce week-end. C'est à lui que nous devons Mafalda, la jeune héroïne anticonformiste créée dans les années 60.

Mafalda est l'Argentine la plus célèbre du XXe siècle. Modèle de comic strip argentin, elle est souvent comparée aux Peanuts, au Snoopy français, mais avec des thèmes toutefois différents. Cette jeune fille issue de la classe moyenne argentine, drôle et attachante, remet en question d'une manière réfléchie et adulte des enjeux à l'époque bien actuels. Mafalda n’aime pas la soupe et critique la gestion de la planète par les adultes, très concernée par les problèmes économiques et sociaux, les inégalités, l’injustice, la corruption, la guerre, l’environnement. Bien que le comic soit destiné à un public plutôt enfantin, les thèmes abordés restent incroyablement actuels et restituent encore aujourd'hui des enjeux contemporains.
 
“Cela me surprend de voir que mes dessins réalisés il y a 40 ou 50 ans correspondent à des problématiques contemporaines. Ainsi, l’an dernier, des épisodes de Mafalda sont sortis en Italie, déclinés par thème, politique, économie... Et c’était incroyable comme des dessins semblaient faire directement référence à la campagne de Berlusconi !”, s’extasie Quino, le papa de la jeune héroïne.
 
Un abonné absent au festival
 
Quino était l'invité de marque du festival d'Angoulême mais pour des raisons de santé, il s'est vu décommander à la dernière minute. L'auteur vivant aujourd'hui à Buenos Aires est considéré comme l'un des meilleurs humoristes-graphistes de son pays et ce, depuis la parution de son premier recueil Mundo Quino. “J’ai arrêté Mafalda par lassitude de dessiner toujours les mêmes personnages. Et puis, ma femme en avait assez de ne jamais pouvoir aller au cinéma, recevoir des amis parce que je travaillais sur la BD ”, s’amuse-t-il. Cet auteur qui aurait pu faire fortune dans le business de l'humour a toujours eu pour credo de vouloir changer le monde à travers ses BD, à travers un regard enfantin, celui des personnages qu'il aime créer. "C’est une nécessité, même si, dans le fond, nous savons que tout continuera comme avant..." constate t-il.

Lire et commenter